Février 2012

Publié le par yogmaya.over-blog.com

Février 2012

Namaste, bonjour à tous !

Dimanche 26 Février nous sommes partis pique-niquer dans un coin que l’on commence à bien connaitre, on y va quasiment tous les ans depuis environ cinq ans, c’est Sarnath. On n’avait pas pu faire la sortie en novembre dernier à cause du prix des bus qui était beaucoup trop élevé - plus de 6.000 Roupies au lieu des 3.500 habituel (100 Euros au lieu de 58) - partie remise pour cette fin février où le temps est extra, pas d’examens pour la plupart des enfants et pas mal de tout petits – Priya, Nandini, Chinki, Aditya…- super motivés pour inaugurer leur première sortie en bus. Apres listing des enfants on était 99 partants donc deux bus pour pouvoir transporter tout notre petit monde, nos profs de fin d’après-midi sont en pleine fête de mariage, impossibilité pour elles d’assister à la sortie, on c’est retrouvé au final à 97, trois adultes, Bonishree, notre amie Irène et moi avec 94 bambins (deux ne sont finalement pas venus). Pour les casse-croutes on garde la même formule que lors de nos précédentes sorties et que les enfants aiment bien, sac pour chacun avec deux rouleaux feuilletés à la crème, un cake nature et un au chocolat, deux biscuits, deux bananes, deux oranges, une portion de namkeen (snack salé), trois bonbons et distribution sur place en fin d’après-midi d’un gouter composé de différents snacks salés et biscuits. Rendez-vous à la maison à 8h30, comme d’hab tous super bien fringués pour la sortie du dimanche, distribution à chacun de son sac puis direction l’hôtel Broadway - notre drôle de convoi s’étire sur la longueur, les plus grands devant les plus petits derrière - à environ 5 minutes de la maison où les bus nous attendaient. Dans un car Bonishree avec les enfants de nos cours du début d’après-midi et les plus grands de la fin d’après-midi et dans l’autre Irène et moi avec les plus petits et les moyens de la fin d’après-midi. Comme d’hab quelques vomissements dû au manque d’habitude de ce genre de transport et arrivée à Sarnath en milieu de matinée.

Dans le bus pour Sarnath : Photo 1. Subam, Sonu et Ashish - Photo 2. Laki et Laxmi - Photo 3. Anush, Sandip et Jisant.
Dans le bus pour Sarnath : Photo 1. Subam, Sonu et Ashish - Photo 2. Laki et Laxmi - Photo 3. Anush, Sandip et Jisant.Dans le bus pour Sarnath : Photo 1. Subam, Sonu et Ashish - Photo 2. Laki et Laxmi - Photo 3. Anush, Sandip et Jisant.

Dans le bus pour Sarnath : Photo 1. Subam, Sonu et Ashish - Photo 2. Laki et Laxmi - Photo 3. Anush, Sandip et Jisant.

Sarnath est un lieu de pèlerinage Bouddhiste, c’est ici que le prince Siddharta Gautama, celui que l’on appelle le Bouddha, a donné ses premiers enseignements il y a environ 2.500 ans de cela après avoir vécu l’expérience de l’illumination dans le petit village de Bodhgaya. Siddharta était le fils d’un roi d’un petit royaume Népalais proche de l’actuelle frontière avec l’Inde. L’âme tourmentée devant la réalité de la souffrance et de la confusion humaine, il quitte sa famille, sa femme et son fils, renonce à sa vie de prince et part pour trouver au plus profond de lui-même une réponse, un remède à ses douleurs. Il reçoit des initiations de techniques de méditation, endure des austérités sévères, met en pratique ce qu’on lui a enseigné en y apportant sa réflexion et son expérience personnelle….. et pratique, pratique, pratique jusqu'à finalement arriver à ce que l’on appel l’Eveil, le Nirvana, l’état de pure Connaissance, la Réalisation de la nature ultime de l’esprit, l’état au delà de la souffrance, la compréhension profonde de la vie et de son sens. Dans la vision orientale de la vie, s’asseoir et méditer, laisser l’esprit reposer dans son état naturel, sans artifices et stimulation est la voie royale que les Sages ont et continuent à enseigner, permettant à l’individu de réaliser de façon pratique la nature intime de son être. Alors qu’en occident on est souvent pris pour un barjot et un loufoque lorsqu’on s’assoit pour méditer et qu’on fait bruler un bâtonnet d’encens en guise d’offrande, l’orient trouve cela fondamentalement sain et répugne plutôt le genre fumeur, habitué des apéros que l’occident trouve dans la norme et parfois sympathique. Le Bouddha donne ses premiers enseignements à Sarnath, enseignements connus sous le nom des « Quatre Nobles Vérités ».

Sarnath : Pause casse croute.Sarnath : Pause casse croute.
Sarnath : Pause casse croute.

Sarnath : Pause casse croute.

La premiere Vérité étant celle de la reconnaissance de l’existence de la souffrance, souffrance au sens large du terme que nous expérimentons tous sans exception, du riche au pauvre, de l’intellectuel à l’illettré, on aura beau tout faire pour s’en prévenir, nous devrons forcement passer par cette expérience. C’est la souffrance mentale et physique du changement, avec la vieillesse, le corps et son aspect qui se modifie, la douleur de la maladie puis le moment de la mort qui se rapproche ; c’est l’expérience de la tristesse dû à la perte d’êtres qui nous sont proches et auxquelles nous étions attachés ; c’est la souffrance du changement de qualité dans les rapports que nous avions avec certains, amis un jour, ennemis le suivant…

Sarnath : Priya et Nandini.

Sarnath : Priya et Nandini.

La deuxième Vérité est celle de l’origine de la souffrance qui est l’ignorance de ce que nous sommes fondamentalement. « Je » souffre, « je » suis mal, « je » suis triste….. qui est ce « je » ? Nous ne le savons pas et nous ne faisons souvent rien pour le savoir, nous agissons et pensons selon un mode égoïste (moi, ma maison, ma voiture, ma famille, mes amis….), en prenant notre « je » pour réelle et solide, éprouvant de l’attraction pour les situations, les choses et les êtres qui nous semblent plaisant, de la répulsion pour ceux qui nous semblent déplaisants et de l’indifférence pour d’autres. Mais si l’on commence à regarder notre mental d’un peut plus prêt – chose que malheureusement peut d’entre nous fait- on peut se rendre rapidement compte, dans un premier temps par une simple compréhension intellectuelle, que ce « je » n’a aucune solidité, aucune matérialité, son fondement est vide mais du au fait de notre ignorance, de cette fixation illusoire qu’est notre ego et de notre manque d’expérience de sa nature vide, nous le prenons constamment pour réelle, solide et nous souffrons. Le but des pratiques de méditation étant la Réalisation de sa nature vide et lumineuse, la simple compréhension et adhésion intellectuelle n’amenant aucun changement dans l’être et ne faisant que renforcer le mental et l’ego, il faut passer par la pratique et habituer l’esprit à reposer dans sa vacuité, encore et encore, plutôt qu’à le laisser se fixer constamment sur un sujet illusoire et changeant et cultiver la compassion pour tous les êtres.

Sarnath.
Sarnath.Sarnath.

Sarnath.

La troisième Vérité est celle de la voie menant à la cessation de la souffrance, connue sous le nom d’Octuple Sentier (vue juste, intention juste, parole juste, discipline juste, mode de vie juste, effort juste, attention mentale juste, absorption méditative juste). Il s’agit de discipliner son esprit, d’entrainer son esprit à demeurer centré dans son essence naturelle plutôt qu’ à le laisser aller constamment à sa guise, baladé par les cinq sens et l’activité mentale, de façon progressive, en recevant tout d’abord des enseignements, en réfléchissant à leur validité et en les mettant ensuite en pratique concrètement dans notre quotidien, en cultivant pour cela une pratique régulière de la méditation assise afin de pouvoir ensuite méditer constamment, en laissant reposer l’esprit dans son état naturel et cela quelques-soient nos activités.

La quatrième Vérité est celle de la cessation de la souffrance, c’est le fruit concret de la pratique spirituelle, la réalisation de l’état de Bouddha.

Sarnath : Devant le Dhamek Stupa - Laki, Sahil, Jisant et Karena.

Sarnath : Devant le Dhamek Stupa - Laki, Sahil, Jisant et Karena.

Sarnath : Dans le parc à jeux - Minu, Punam, Kajal, Laki et Jisant.

Sarnath : Dans le parc à jeux - Minu, Punam, Kajal, Laki et Jisant.

A Sarnath nous nous sommes tout d’abord dirigés dans le grand parc où se trouve le Dhamek Stupa, monument construit à l’emplacement où le Bouddha enseigna, nous avons fait un tour du stupa en guise d’hommage, puis direction le fond du parc où l’on peut approcher les biches et les cerfs, nous avions pris avec nous 4 kilos de carottes, certains bambins prenant un malin plaisir à en croquer un petit bout avant de donner le reste aux animaux. Nous nous sommes posés à l’ombre de quelques arbres, avons sortis les tapis et la plupart se sont mis à manger un bout, puis jeux dans le parc avec toboggan improvisé sur les ruines des monastères, foot, cricket et badminton. En début d’après-midi direction l’autre parc où se trouvent les animaux, salut amical aux oiseaux et aux crocodiles puis nouvelle halte, cette fois dans le parc à jeux où il y a deux balançoires, deux toboggans et un tourniquet. Les enfants courent dans tous les sens, passent d’un jeu à l’autre, ils se retrouvent à dix sur le pauvre tourniquet qui n’arrête pas de couiner, c’est la queue aux balançoires et certaines ont un peu les boulles car c’est toujours les plus grands qui sont dessus ! Ballades en petits groupes dans le temple Tibétain qui se trouve derrière le parc, joli coin tranquille et paisible, puis distribution d’un gouter un peu avant 17h00 et rangement des affaires pour le retour à la maison, arrivée sur Varanasi vers les 19h00. Le cout total de la sortie pour 97 personnes est de 14.812 Roupies (environ 246 Euros) dont 7.000 Roupies (116 Euros) pour les deux bus, deux véhicules propres et en bon état, 7.080 Roupies (118 Euros) pour la nourriture et 732 Roupies (12 Euros) de dépenses sur place avec les entrées des parcs et 200 Roupies (3 Euros) pour les contrôles de police.

Photo 1 et 2. Temple Tibétain - Photo 3. Dans le parc à jeux.Photo 1 et 2. Temple Tibétain - Photo 3. Dans le parc à jeux.
Photo 1 et 2. Temple Tibétain - Photo 3. Dans le parc à jeux.

Photo 1 et 2. Temple Tibétain - Photo 3. Dans le parc à jeux.

En février nous avons amené quatre enfants chez l’o.r.l pour des douleurs aux oreilles, tout d’abord Raju au début du mois, puis Renu qui y est allée trois fois, ensuite Tchotu et pour finir Shibu qui y est allé deux fois. Le cout de la consultation est de 200 Roupies (environ 3 Euros), pas de paiement à effectuer si une visite est à faire dans un délai d’une semaine, paiement de 100 Roupies une fois ce délai passé. Tous les enfants vont bien, le docteur est compétant et jusqu'à présent nous en sommes bien content, nos p’tiots ont à chaque fois été bien soigné. Renu était allée chez trois médecins différents qui lui avaient donné des traitements, aucun mieux et là, trois jours après, lors de la deuxième visite, les douleurs avaient disparu. Total de 900 Roupies (14 Euros) pour les consultations et 1.556 Roupies (25 Euros) pour les médicaments.

Sarnath : Dans le parc à jeux.

Sarnath : Dans le parc à jeux.

Le 17 février c’était l’anniversaire à Bonishree, cake et lait chaud pour nos p’tiots du début d’aprèm, cadeaux offerts par certains et prime de 300 Roupies (5 Euros) versée par l’association.

Anniversaire à Bonishree.
Anniversaire à Bonishree.

Anniversaire à Bonishree.

Achat d’un nouveau grand tapis pour la salle de yoga et de danse, avant on avait deux tapis fins, pour la pratique c’était pas top, lors des enchainements au sol le tapis partait en cacahuètes - et en hiver le sol y-en a être bien froid - c’était pas l’idéal pour que les enfants puissent s’exercer dans de bonnes conditions. Le nouveau que nous avons maintenant prend carrément toute la pièce, genre de moquette bien épaisse et ferme, cher pour un cout de 3.918 Roupies (65 Euros).

Sarnath : Dans le parc à jeux.

Sarnath : Dans le parc à jeux.

Achat de nouvelles battes de cricket, celles qui nous restaient étaient complètement nases et les nombreux rafistolages ne tenaient plus, avec des nouvelles raquettes de badminton pour 1.000 Roupies (16 Euros).

Holi : Jeux dans la maison.
Holi : Jeux dans la maison.Holi : Jeux dans la maison.

Holi : Jeux dans la maison.

Le 8 mars c’était le festival de la Holi et ses fameuses batailles de couleurs, comme le veut la tradition pour la Holi chaque enfants reçoit un habit neuf à ce moment de l’année. Vu l’état des finances, le pique-nique à Sarnath juste avant, nous ne savions pas si nous pourrions acheter les vêtements, nous avons hésité un bon moment puis finalement nous avons reçu un don en liquide sur place et du coup décision de faire les achats mais pas pour tous, seulement pour les plus petits et les moyens, pas pour les plus grands (qui sont 21) où comme je l’avais évoqué l’an dernier, c’est pas évident de contenter tout le monde. Achat dans le quartier de Nai Sarak le dimanche 4 avec Kusum, Kantchan, Renu et Soloni pour les filles, le lundi avec Sandip, Akash et Subam pour les garçons et distribution le lundi après-midi. Ensemble pantalon ou jupe avec un haut pour les filles, pantalon, t-shirt et gilet pour les plus petits garçons, gilet avec capuche ou t-shirt à manches longues ou courtes pour les moyens. Jeux dans la maison avec l’eau, les poudres colorées et l’encre le mercredi 7 et fête en famille le jour du festival. Une fois les batailles de couleurs terminées chacun se fait tout propre, se sape comme un Dieu et passe chez les amis et les membres de la famille mettre un tika sur le front de la personne et recevoir un peu de monnaie ou quelques friandises…. A la maison c’est le défilé des bambins tout l’après-midi, mon front plein de poudres rose, rouge, verte ou jaune, une photo et bonbon pour tous ! Le montant des achats pour 88 enfants est de 18.950 Roupies (315 Euros), ce qui représente une moyenne d’environ 3,50 Euros par bambin.

Holi - Nouveaux vêtements : Kantchan, Vandana et Kusum.

Holi - Nouveaux vêtements : Kantchan, Vandana et Kusum.

Holi - Nouveaux vêtements : Akash et Subam.

Holi - Nouveaux vêtements : Akash et Subam.

Holi - Nouveaux vêtements : Kajal et Sahil.

Holi - Nouveaux vêtements : Kajal et Sahil.

En soutien scolaire c’est la préparation des derniers examens de l’année pour les plus grands qui auront lieu courant mars jusqu'à début avril, puis ensuite vacances pendant un peu plus de deux mois. Examens aussi pour les plus petits et les moyens, mais ceux-ci ont en général moins de vacances que leurs ainés, une fois les résultats des tests connus et le passage dans la classe supérieure ou le redoublement validé ils commenceront leur nouvelle année pendant environ un mois avant les grandes vacances.

Holi - Jeux avec les couleurs : Akash.

Holi - Jeux avec les couleurs : Akash.

Holi - Jeux avec les couleurs : Punam et Soloni.

Holi - Jeux avec les couleurs : Punam et Soloni.

Holi - Jeux avec les couleurs : V.ikash.

Holi - Jeux avec les couleurs : V.ikash.

PROJETS

A voir suivant l’état des finances, mais ce serait bien si l’on pouvait refaire une sortie pique-nique avant l’arrivée de la chaleur, en général c’est pour avril. Un site avec de l’eau où les enfants pourraient se baigner, peut-être Lakanya Dhari où nous étions allés l’année dernière, à réfléchir prochainement, peut-être pas avec 94 enfants comme Sarnath, les plus petits dans ce cas là ne viendraient pas.

Sarnath : Laki, Aditya et Renu.

Sarnath : Laki, Aditya et Renu.

FINANCES

Apres le super mois de décembre est 1.290 Euros, janvier suit sur la lancée avec un total de 900 Euros dans la tirelire Yogmaya.

Merci à notre amie Irène, un grand merci à l’association Agir pour Bénarès (http://www.agirpourbenares.org), Tony Staviljec, Danielle Luyton Pugnet, Hubert et Nicole Voncken, Pascale Dondey, Seb et Raquel, Karine et Luc, Miss Danielle Rochas, Geneviève Claret, mes parents et grands parents, Georges Bouabdallah, Mimi, Colette Borganetti, la famille Bec and the Guichard’s family.

Salut amical à tous,

Christophe

Février 2012

YOGMAYA est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, enregistrée auprès de la préfecture de l’Isère sous le numéro 0381034198.

Publié dans Courriers mensuels

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article