Réflexions et impressions sur l’Inde

Publié le par yogmaya.over-blog.com

Réflexions et impressions sur l’Inde

Extrait de notre courrier d’avril et mai 2013 :

L’Inde est ses paradoxes… la mentalité et le rationalisme occidental en prend ici un sacré coup….. et beaucoup de choses sont incompréhensibles pour nos petites tronches et nous surprennent, nous amènent des questions, nous repoussent ou nous attirent (la fanfare et les gens qui dansent autour du brancard funéraire, la nonchalance poussée à l’extrême de certains, la diversité dans l’imagerie de Dieu et dans la façon de l’adorer ….). Ce peut-être effectivement les mêmes parents qui racontent des histoires millénaires à leurs bambins et qui leur mettent par la suite une sacrée pression sur les épaules conduisant certains enfants au suicide, tous les cas de figures peuvent se présenter, on aimerait bien dessiner un idéal (ce qui est véhiculé par les textes sacrés Hindou), mais il est, à la période actuelle, assez difficile de généraliser.

La tendance en matière d’éducation c’est que c’est assez stricte (à la maison comme à l’école les enfants se prennent des baffes, coups de ceintures ou autres s’ils n’obéissent pas) tout en laissant pas mal de liberté aux enfants (peut-être encore paradoxal pour un occidental….). Un contexte de vie différent de chez nous, extérieurement, avec beaucoup moins d’infrastructures matériels et intérieurement aussi, avec une ambiance générale moins parano, moins accès sur la sécurité qu’en France, des gens moins pressés, moins tendus, moins stressés.

Pour encore la grosse majorité de la population le confort matériel est assez sommaire, les familles sont nombreuses, avec un paquet de personnes qui vivent dans le même foyer (un petit appart de célibataire en France, ici ils y vivent à huit dedans), beaucoup plus de souplesse intérieur (et extérieur par la même occasion, les deux étant forcement un peu liée) dû au fait d’un ego beaucoup moins développé que chez nous (l’enfant roi, les caprices, j’en ai quasiment jamais vu, ou si un gamin commence à être un peu capricieux, en général il se prend deux baffes et il ne le reste pas longtemps) et ce n’est pas l’intérêt de l’individu qui prime mais celui de la famille ou de la communauté.

Réflexions et impressions sur l’Inde

Autres grands traits qui ressort, c’est la simplicité, l’humilité et la fierté de ce peuple. Ils sont fiers d’être indiens, très nationalistes et se tiennent en général naturellement droit (encore dû à la façon de vivre, sans chaises, les toilettes à la turc, ce qui fait que la plupart des indiens ont le dos droit et très peu de problèmes de colonnes vertébrales) et si un enfant a dés fois une tendance à être « trop courbé », les parents ou les enseignants le corrigent en lui disant de faire gaffe et de se tenir droit, mais pour la grosse majorité des gens, les gros, les maigres, les grands, les petits, ils se tiennent droit et peuvent encore s’accroupir naturellement, les deux pieds à plats sur le sol, pour faire la lessive ou la vaisselle (les sorties d’eau sont souvent au ras du sol) ou pour faire leur besoin (beaucoup d’Européens n’y arrivent plus, on ne sait plus faire naturellement caca, on a besoin d’un trône !).

La présence du sacré dans et à l’extérieur des foyers fait que l’enfant, dés son plus âge, a une certaine relation avec son monde intérieur que notre télé et jeux vidéo n’amènent pas à nos p’tiots. L’enfant indien tu peux le laisser une heure assis, il ne bougera pas d’un poil (il suffit de voir dans les halls de gare les mamans avec leurs enfants, ou chez nous lorsque nous avons fait la puja pour la Déesse Sarasvatî), le mental est encore assez tranquille et n’a pas tout le temps besoin d’un stimulant. Dés qu’il est tout petit on lui apprend qu’il y a une force créatrice omniprésente qui est la source de son être, qui est en lui et au dehors de lui et qu’il faut faire preuve d’humilité par rapport à cela. Les indiens, qu’ils soient petits ou grands n’ont aucun mal à se prosterner, à faire preuve d’humilité par rapport à une personne (un ainé, un parent….) ou aux Dieux, quelle qu’en soit la représentation, ils le font naturellement. Pour l’occidental, avec sa forte personnalité, son ego souvent surdéveloppé et sa vie intérieure quasiment inexistante, ça peut-être difficile, ridicule, purement folklorique, voir sans aucun sens. Pour moi nous souffrons souvent d’un complexe, complexe de supériorité mentale qui nous fait beaucoup de mal……. pratique spirituelle, cultiver l’humilité, la simplicité, la joie, la justesse, l’endurance et le contentement, voila la voie.

Réflexions et impressions sur l’Inde

YOGMAYA est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, enregistrée auprès de la préfecture de l’Isère sous le numéro 0381034198.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article