La Durga puja

Publié le par yogmaya.over-blog.com

La Durga puja

Extrait de notre courrier d’octobre 2013 :

C’était en début de mois la grande Durga Puja, fête de la Déesse Durga, pas d’école pendant une dizaine de jours pour tous nos enfants. C’est un festival Hindou très important, célébré dans tout le pays et plus particulièrement dans la région du Bengale (au nord-est où se trouve la ville de Kolkata, anciennement nommée Calcutta). Les représentations féminines sont dans l’Hindouisme ce que l’on appel des Shakti, des énergies, l’aspect masculin représentant le côté omniprésent, omniscient, statique et permanent de la Divinité, l’aspect féminin le côté actif, puissant et énergique. Dans la mythologie Durga est souvent associée à Shiva, le Dieu représentant la destruction, elle est comprise comme étant une manifestation de son épouse Parvati. Les Dieux étaient en guerre contre le démon Mahishasur, ils prièrent l’énergie Divine de leur venir en aide, celle-ci se manifesta en tant que Durga et mit fin aux agissements du démon, c’est pour cela que la Durga Puja est célébrée. A noter qu’une autre Durga Puja existe (en général entre mars et avril), moins importante, la raison de cette deuxième cérémonie étant que le prince Rama, dans sa lutte contre le démon Ravana pour récupérer son épouse Sita, voulut prier Durga de le supporter et ne put attendre la date du rituel, il fit donc une grande puja plusieurs mois avant, c’est pour ça que la Durga Puja est célébrée deux fois dans l’année. Depuis un peu plus de sept ans que je suis ici c’est la première fois que j’y assistais, les autres années j’étais à chaque fois en France, c’est vraiment un festival grandiose, de part l’importance et la variété de ses décorations, le nombre et la diversité de murtis (statues, scènes représentant la Déesse), des immenses, des plus petites, certaines animées, jouant avec musique et dialogues la scène où Durga tue le démon et l’activité et la foi qu’il anime dans la population. Dans des tas d’endroits de Varanasi des murti sont installées, ce sont souvent des organisations religieuses, des clubs privés, des écoles, parfois les habitants du quartier qui en sont les initiateurs et pour les plus grandes installations, mises en place sous des chapiteaux imposants, parfois très imposants, notamment une reprenant la façade d’un temple Hindou majestueux (voir photo 30), le travail débute plusieurs mois avant, Vivek bossait en dehors de l’école depuis le mois d’août sur les dessins muraux d’une de ces installations.

Différentes murti de la DéesseDifférentes murti de la Déesse
Différentes murti de la DéesseDifférentes murti de la Déesse

Différentes murti de la Déesse

Avec les plus grands enfants (une quinzaine) nous sommes partis nous balader le vendredi 11 en fin d’après-midi, c’est plus beau le soir lorsque les rues menant aux murtis sont toutes illuminées - quand on ne sait pas où elles se trouvent on peu ainsi facilement avancer de l’une à l’autre en se repérant aux lumières que l’on voit dans les ruelles. Direction tout d’abord le grand champ d’Ata à côté de chez nous avec un immense chapiteau à l’intérieur duquel se trouve les divinités, Ganeshji, Laxmiji, Durgaji et son lion se battant contre le démon, Sarasvatiji et Kartikeyaji (photos 12 et 13), les murtis sont en général placées à une certaine distance et on ne peut les approcher de trop prés, certaines portant de vrais bijoux en or ou en argent. Petit moment de recueillement dans l’atmosphère sacrée de l’enceinte (en général a lieu au moins deux rituels par jour) puis nous continuons en direction d’Hanuman ghat, passons prés de chez l’oncle à Utham qui a fabriqué lui-même la Déesse et l’a installé devant chez lui (photo 14), nous naviguons dans les ruelles, passons prés de notre vendeur de lait, sa rue qui va en direction du Gange est toute illuminée de guirlandes, une imposante sono est installée devant sa boutique et fonctionne à fond et nous tombons devant une superbe installations faite de petits miroirs représentant la façade d’un temple (l’année dernière les enfants me disait que c’était avec des pièces de monnaie). Nous remontons la rue en direction d’Harischandra, nous croisons de nombreuses murtis sur la route remontant à Sonarpura, un arrêt devant chacune d’elle, moments d’émerveillement, de joie et de prière. Puis nous filons ensuite en direction de Belhupur où a travaillé Vivek depuis plusieurs mois, superbe installation faite par des Bengalis. Les statues faites par les Bengalis sont différentes de celles fabriquées par ceux du coin, on les reconnait facilement à leur visage rond et à l’importance de la couleur blanche (photos 16, 22 et photos 17, 18, 19, 21, 23 et 25 pour les dessins sur lesquels Vivek a travaillé), nous tombons dans l’enceinte sur Goori et Diksha vêtues de leur uniforme scolaire et qui ont fini quelques minutes auparavant une compétition de dessin dans ce même endroit, Goori sera d’ailleurs récompensée. Nous continuons ensuite notre périple en direction du centre et de Godowlia, de nombreux arrêts pour admirer la Déesse et retour par la route principal menant de Godowlia à Sonarpura. Pour le coup la circulation est bloquée, pas de rickshaw, pas de voiture, pas de vélos, on trouve juste des marchands ambulants vendant nourriture et gadgets en tout genre et des piétons…… y-en a vraiment un sacré paquet ! Arrêt à l’école Durga Charan où nous scolarisons pas mal d’enfants pour voir Durgaji puis nous finissons par Kedar ghat, retour à la maison vers les 21h00, joli ballade d’à peu prés trois heures….. Et rebelote le samedi ! En fin d’aprèm les enfants passent et certains sont de nouveaux partants pour aller cette fois dans le centre de Varanasi, remonter par Godowlia admirer la murti de référence, imposante et animée, celle d’Ashwa market que tous veulent voir et continuer pour aller naviguer dans le quartier de Lahurabir. Dans le centre ville Vivek connait tous les endroits où l’on peut voir la Déesse, on se faufile dans les ruelles, circulant comme dans un labyrinthe, certains endroits sont très fréquentés et l’on doit faire la queue quelques minutes avant de pouvoir entrer, on reçoit parfois du prasad (nourriture consacrée par la puja), les rues sont superbes, toutes illuminées (photo 31 et 32), parfois vides, parfois pleine de monde sur les grands axes de circulation et l’on a du faire durant cette seconde soirée une quinzaine d’endroits différents, retour à la maison vers les 22h30, une glace au chocolat pour clore notre grande promenade d’environ cinq heures.

Photo 1. Anjali, Sunita, Manisha et Anamika devant une murti - Photo 2. Pendant une puja.Photo 1. Anjali, Sunita, Manisha et Anamika devant une murti - Photo 2. Pendant une puja.

Photo 1. Anjali, Sunita, Manisha et Anamika devant une murti - Photo 2. Pendant une puja.

YOGMAYA est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, enregistrée auprès de la préfecture de l’Isère sous le numéro 0381034198.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article