Septembre 2014

Publié le par yogmaya.over-blog.com

Septembre 2014

Namaskar !

Comme vous l’avez peut-être remarqué dans nos courriers, en Inde on est plein de fêtes, des fêtes religieuses, Hindoues, Musulmanes, Sikhs, Jaïns, Bouddhistes, Chrétiennes, …., des fêtes nationales, fête de l’Indépendance, fête de la République….. fêtes pour célébrer les grands personnages, anniversaire à Gandhi, au docteur Ambedkar….. et il y a même une fête pour les professeurs, c’est « Teachers Day », le 5 septembre….. et cette année j’avais complètement squizzé la fiesta ! On a chez nous deux calendriers, un à chaque étage, sur lesquels sont indiquées toutes les fêtes importantes, on y jette souvent un coup d’œil pour voir ce qu’il y aura dans les semaines à venir, mais « Teachers Day » ni figure pas et cette année je n’y ai pas du tout pensé ! Heureusement deux jours avant Akash me demande ce que l’on fera pour la fête des profs et bien obligé de lui répondre que pour l’instant je n’ai rien prévu, pas de cakes en commande chez Samrat, notre pâtissier…. ce sera chose faite dés le lendemain !

Gouter pour Teachers Day en début d’après-midi.
Gouter pour Teachers Day en début d’après-midi.Gouter pour Teachers Day en début d’après-midi.

Gouter pour Teachers Day en début d’après-midi.

Pour « Teachers Day » c’est la tradition que les enfants mettent chacun quelques roupies pour acheter un cadeau à leur professeur et s’il reste un peu de monnaie ils achètent des trucs à grignoter. Nous avons sur l’armoire qui est dans ma chambre une tirelire dans laquelle nous mettons l’argent que nous récoltons lorsque nous vendons nos déchets papiers, plastiques et métalliques et nous l’ouvrons justement pour « Teachers Day », on arrive à avoir dans les 300 Roupies (4 Euros) que je donne aux enfants pour qu’ils puissent rajouter à leur cagnotte. Tous les matins dans la rue passent à vélo les acheteurs de déchets papiers, plastiques et métalliques, on les reconnait aux cris qu’ils poussent (« tina, loha, kaghaz ! ») ou au son du klaxon qu’ils font résonner. Depuis plusieurs années et malgré les déménagements que nous avons connu nous les vendons toujours au même Monsieur, dans le quartier où nous sommes actuellement il passe en général en milieu de matinée, où nous étions avant il passait plus tôt, on entend au loin résonner son klaxon et l’on sait qu’il va bientôt arriver vers notre porte. On stock sur un vieux présentoir dans la pièce du haut les choses que l’on peut vendre, notamment les dessins des enfants lorsqu’ils n’en veulent pas, quand Irène est ici en début d’année souvent elle nous amène les coloriages que les personnes font chez Mère Teresa, quand on a des choses en plastiques cassés ou usagés et que l’on ne pourra pas se servir, des bidons vides de produit désinfectant pour les toilettes, des cartons d’emballage, les feutres usagés…… on les stock et lorsque le présentoir et bien rempli, on vend tout ça à notre ami. Suivant ce que l’on a - le métal rapporte plus que le papier – on arrive à avoir entre 30 et 70 Roupies (0,40 et 0,93 Euros).

Gouters pour Teachers Day.
Gouters pour Teachers Day.Gouters pour Teachers Day.

Gouters pour Teachers Day.

Gouter pour Teachers Day en fin d’après-midi : distribution du gâteau par Renu.

Gouter pour Teachers Day en fin d’après-midi : distribution du gâteau par Renu.

Pour « Teachers Day » nous avons fait un premier gouter en début d’après-midi avec Bonishree et nos 29 petits, cake, soda frais pour tous et les enfants avaient acheté en plus des samosas (beignets aux légumes). Deuxième gouter en fin d’aprèm avec Niva, Sumita, Jyoti et 48 têtes brunes avec d’un côté les petits et les moyens qui s’étaient rassemblés pour acheter un cadeau à leurs enseignantes et différents trucs à manger (samosas, chips, bonbons…) et de l’autre les grands qui avaient fait leur truc à eux. Cadeaux aux professeurs avec notamment des genres de boites tupperware pour garder les rotis (galettes de pain) chauds plus d’autres petites choses. Gouter copieux, souvent les enfants ne mangent pas tout, ils aiment bien en ramener un peu chez eux, pour faire durer le plaisir à la maison, pour partager avec les membres de la famille ou c’est même parfois les parents qui leur demandent de ramener quelque chose! Quand le jeune Vivek Kant venait, le samedi il ne mangeait quasiment jamais son samosa, il le mettait dans son sac, les autres enfants m’avaient dit que c’était pour le donner à son père qui le lui demandait. Quand on a fait dernièrement un repas avec les plus petits (lire un peu plus loin), Isneha avait tout mangé - et c’était bien la seule ! - plus rien dans l’assiette, pas une graine de idli (semoule de riz cuite à la vapeur), pas une miette de patis (feuilleté à la patate), de samosa ou de cake, pas une once de chutney, pas la moindre petite graine de grenade, bout de pomme, de bananes d’orange ou de poire, pas le moindre petit carré de chocolat……. il restait dans un bol de la sauce pour accompagner les momos (raviolis aux légumes), j’ai demandé si quelqu’un en voulait plutôt que de la jeter, Isneha, avec un grand sourire aux lèvres – et quand elle sourit elle a une sacrée bouille - a tout de suite dit oui, en expliquant que sa maman lui avait dit de ramener un truc !...... Le coût de nos deux gouters pour la fête des professeurs pour nos 75 enfants est de 2.254 Roupies (30 Euros).

Gouters pour Teachers Day – Photo 1. Vikash – Photo 2. Niva et Jyoti sous la neige – Photo 3. Diksha, Shivani et Renu.
Gouters pour Teachers Day – Photo 1. Vikash – Photo 2. Niva et Jyoti sous la neige – Photo 3. Diksha, Shivani et Renu.Gouters pour Teachers Day – Photo 1. Vikash – Photo 2. Niva et Jyoti sous la neige – Photo 3. Diksha, Shivani et Renu.

Gouters pour Teachers Day – Photo 1. Vikash – Photo 2. Niva et Jyoti sous la neige – Photo 3. Diksha, Shivani et Renu.

Gudiya et Vivek, nos deux grands qui sont à l’université ont maintenant pris un autre rythme de travail, c’est beaucoup plus soutenu et suivi qu’au lycée, cours du lundi au samedi toute la matinée et jusqu’en milieu d’après-midi, les charges de travail données par les professeurs sont beaucoup plus lourdes et pas d’absence sans certificat médical, alors qu’en école primaire, collège et lycée les enfants font souvent comme ils veulent, un jour ils y vont, un jour non, aucun justificatif ne leur est demandé. Ils continuent à venir chez nous tous les jours, travaillent toujours avec le même groupe, « les grands » et Sumita, notre enseignante, sur nos 75 enfants on part donc des tous petits qui ne sont pas encore scolarisés comme Mansi et Isant et on fini par Gudya et Vivek qui vont maintenant à l’université, on ratisse plutôt large ! Vivek s’éclate bien, il fait des études artistiques, la première année il va toucher à différentes pratiques (sculpture, peinture, poterie…..) et il devra ensuite choisir deux spécialités pour la deuxième année. L’université met à leur disposition tous les outils pour bien travailler, une bibliothèque, l’accès à internet 24 heures sur 24…… le tout dans un cadre très agréable, vous pouvez en avoir un aperçu en cliquant sur le lien suivant qui vous amène sur le site du B.H.U, la Banaras Hindu University : www.bhu.ac.in. Pour Vivek, il ne le savait pas, mais les frais de scolarité de 6.000 Roupies (80 Euros) ce n’était pas pour l’année complète mais pour la moitié, il devra donc de nouveau débourser cette somme en fin ou début d’année prochaine, on lui en avait donné la moitié en août, on continuera bien sur à l’aider, on verra avec lui de combien il aura besoin. Pour Gudya quelques frais en plus de l’inscription (carte pour la bibliothèque, parking à vélo, des manuels à acheter….), que nous prenons en charge et qui se montent pour l’instant à 1.595 Roupies (21 Euros).

Priya, Vandana et Anjali.

Priya, Vandana et Anjali.

Coloriage : Tamana.

Coloriage : Tamana.

Pas mal de visite chez les médecins en septembre avec tout d’abord la petite Anjali qui s’était de nouveau chopé des verrues, à la main et sur la joue, ça lui était arrivé il y a un an de cela, le traitement n’avait pas été efficace et le docteur lui avait brulé tout ça, là il lui a donné un nouveau médicament qu’elle n’a jamais essayé, à badigeonner pendant un mois et ça a pour l’instant l’air de bien fonctionner, 200 Roupies (2,66 Euros) la consultation et 178 Roupies (2,37 Euros) le traitement. Deux visites chez l’ophtalmologiste pour Nisha qui a de façon récurrente des douleurs aux yeux et à la tête, elle a des médicaments à prendre pendant un mois et elle porte désormais des lunettes ; 200 Roupies (2,66 Euros) la première consultation, 100 Roupies (1,33 Euros) la deuxième (c’est souvent ainsi lorsque le délai entre deux visites n’est que d’une semaine, la seconde visite est moitié prix), 685 Roupies (9,13 Euros) pour les médocs et 400 Roupies (5,33 Euros) pour les lunettes. Une première consultation chez l’o.r.l pour Sunita qui avait une très grosse douleur à l’oreille, quelques jours plus tard ça allait mieux, nouvelle rechute et deuxième visite avec un nouveau traitement à prendre, maintenant tout est o.k. Le secrétaire du docteur lui a demandé ce que faisaient ses parents, ils sont dhobis (laveurs de linge) et pour les gens de classe pauvre c’est moitié moins cher, 100 Roupies (1,33 Euros) au lieu de 200 (2,66 Euros) la consultation, soit 200 Roupies (2,66 Euros) pour les deux visites et 313 Roupies (4,17 Euros) pour les médicaments. Nouvelle visite chez l’ophtalmologiste pour Pooja (pour plus de détails sur ses problèmes revoir nos courriers de juin et juillet), une légère rougeur persiste, 100 Roupies (1,33 Euros) la consultation et 110 Roupies (1,47 Euros) pour le traitement.

Coloriage en début d’après-midi : Photo 1. Riya et Kajal – Photo 2. Les enfants en plein boulot – Photo 3. Aditya.
Coloriage en début d’après-midi : Photo 1. Riya et Kajal – Photo 2. Les enfants en plein boulot – Photo 3. Aditya.Coloriage en début d’après-midi : Photo 1. Riya et Kajal – Photo 2. Les enfants en plein boulot – Photo 3. Aditya.

Coloriage en début d’après-midi : Photo 1. Riya et Kajal – Photo 2. Les enfants en plein boulot – Photo 3. Aditya.

Depuis quelques temps nos « petits » et nos « moyens » (les enfants scolarisés du CP à la 5eme) ont pris la passion des « Tintin ». On en avait deux depuis un bout de temps chez nous (« Le secret de la licorne » et « Le trésor de Rackam Le Rouge » pour les aficionados) ils n’y jetaient pas trop un œil dessus et puis ça leur a pris, comme ça, d’un seul coup et ils ont adoré. On en a acheté des nouveaux (en Hindi bien sur), ils les dévorent et s’ils le veulent ils peuvent les garder quelques jours pour lire chez eux. Le prix d’un album est de 250 Roupies (3,33 Euros), on en a maintenant huit !

Travaux manuels : Photo 1. Punam et Isneha - Photo 2. Priya et Renu - Photo 3. Chinki et Punam.
Travaux manuels : Photo 1. Punam et Isneha - Photo 2. Priya et Renu - Photo 3. Chinki et Punam.Travaux manuels : Photo 1. Punam et Isneha - Photo 2. Priya et Renu - Photo 3. Chinki et Punam.

Travaux manuels : Photo 1. Punam et Isneha - Photo 2. Priya et Renu - Photo 3. Chinki et Punam.

En travaux manuels c’est toujours la fabrication de tirelires, les plus grands ont fini leur taf et c’est maintenant au tour des plus petits. Les ainés découpaient l’ossature dans du polystyrène avant de l’assembler, de la recouvrir de bâtonnets en bois et de la peindre, pour les plus jeunes la découpe du polystyrène c’est un peu délicat du coup on leur donne une boite en carton, c’est souvent des boites de bonbons que l’on garde et ils l’habillent de la même manière que les plus grands. Priya, Anjali, Punam et Isneha ont fini la leur, il me semble qu’elles ont déjà commencé à la remplir avec une ou deux roupies, les autres petits sont impatients de pouvoir commencer à se mettre à l’œuvre.

Repas avec les plus petits.
Repas avec les plus petits.Repas avec les plus petits.

Repas avec les plus petits.

Comme on l’avait fait il y a quelques mois de cela pour les plus grands on a organisé un repas privé pour nos plus petits de la fin d’aprèm (17 enfants). Ils m’avaient fait la demande d’organiser une « party » juste entre eux, la Durga puja avec quelques jours de vacances se profilait à l’horizon, du coup on a fait un meeting officiel dans ma chambre pour convenir du jour exact, de ce que l’on mettrait dans les assiettes et de qui se chargerait d’aller chercher les différentes denrées alimentaires dans les commerces. Shalini et Mala sont allées récupérer les patis (feuilletés à la pomme de terre) et le cake à l’ananas chez notre ami Samrat, Anush et Jisant ont de leur côté pris les momos (raviolis aux légumes), les samosas (beignets aux légumes), les idlis (semoule de riz cuite à la vapeur) et ils ont également choisi un nouveau d.v.d, le dessin animé Doraemon pendant qu’à la maison je m’attelais à préparer la salade de fruits composée de grenades, de pommes, de bananes, d’oranges et de naspati (genre de petite poire), avec même en plus pour compléter la partie dessert une barre de chocolat et une sucette…….. et sodas frais pour arroser le tout ! Rendez-vous à la maison en fin de matinée, pour les occasions particulières tous sur leur 31, super bien sapés et bien coiffés, comme écrit plus haut ils n’ont pas tout mangé et sont tous repartis avec un sac plastique bien rempli…….. sauf Isneha qui n’avait qu’un tout petit sac rempli de sauce pour les momos ! Le coût du repas est de 2.520 Roupies (33,60 Euros).

Repas avec les plus petits : Sahil, Jisant et Anush.

Repas avec les plus petits : Sahil, Jisant et Anush.

Repas avec les plus petits : Ekra.

Repas avec les plus petits : Ekra.

Repas avec les plus petits : Chinki, Mohit et Kajal.

Repas avec les plus petits : Chinki, Mohit et Kajal.

A VENIR…

Sortie pique-nique ou pas sortie pique-nique ? Pour l’instant je ne sais pas trop, rien n’est confirmé dans un sens comme dans l’autre, on est prudent avec les finances, le coût du loyer est bien plus élevé qu’avant, on a des frais supplémentaires avec nos deux grands à l’université et le salaire de nos enseignantes que j’augmente un peu. Elles le méritent amplement, elles font bien leur travail, sont présentes et à l’heure (pas toujours évident en Inde), ont une bonne relation avec les enfants et je voulais leur donner un salaire un peu plus convenable. Pour Niva et Bonishree qui viennent tous les jours c’est 500 Roupies (6,67 Euros) en plus par mois soit 2.500 Roupies (33,33 Euros) au lieu de 2.000 (26,67 Euros), pour Sumita qui vient trois fois par semaine et qui s’occupe des plus grands c’est 2.000 Roupies (26,67 Euros) au lieu de 1.800 (24 Euros) et pour Jyoti qui vient également trois fois par semaine et qui s’occupe des plus petits 1.500 Roupies (20 Euros) au lieu de 1.100 (14,67 Euros). Je leur ai dit que dans la mesure du possible j’essaierai de leur donner ces sommes, si un mois on est un peu ric-rac on donnera moins.

Travaux manuels : Photo 1. Priya et Anjali – Photo 2. Gudiya et Dipika – Photo 3. Pooja, Mamta et Anjali.
Travaux manuels : Photo 1. Priya et Anjali – Photo 2. Gudiya et Dipika – Photo 3. Pooja, Mamta et Anjali.Travaux manuels : Photo 1. Priya et Anjali – Photo 2. Gudiya et Dipika – Photo 3. Pooja, Mamta et Anjali.

Travaux manuels : Photo 1. Priya et Anjali – Photo 2. Gudiya et Dipika – Photo 3. Pooja, Mamta et Anjali.

FINANCES

Après 610 Euros en juillet on descend la barre de 100 Euros et l’on arrive pile poil à 510 Euros en août.

Merci pour votre générosité et votre soutien à Tony, Hubert et Nicole, Seb et Raquel, Karine et Luc, Yvette, Martialito, Damien, Rémi, Mam, Brigitte, Georges, Danielle, Geneviève, Mimi, Maggy, Colette, Papa……. and The Guichard’s (avec un « T » majuscule pour le « The », ça le fait plutôt bien !).

Salut amical à tous,

Christophe

Septembre 2014

YOGMAYA est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, enregistrée auprès de la préfecture de l’Isère sous le numéro W381015403.

Publié dans Courriers mensuels

Commenter cet article