Novembre 2014

Publié le par yogmaya.over-blog.com

Novembre 2014

Namaskar, bonjour à tous !

En Inde on n’arrête pas les fêtes ! Quinze jours après le festival de la Diwali, dont il était question dans notre dernier courrier, c’était la Deep Dipawali, les Dieux descendent à Varanasi se baigner dans le Gange et pour l’occasion des milliers de petites lampes sont installées sur les ghats, c’est magnifique et l’ambiance est fantastique. L’Inde est une terre spirituelle, du nord au sud, de l’est à l’ouest, les gens ne parlent pas la même langue (22 langues officielles) mais la foi est présente et vivante de partout, foi Hindou, Musulmane, Chrétienne, Sikh, Bouddhiste, Jaïn…… en France on a souvent l’habitude de dire que le dimanche c’est le jour du Seigneur, ici c’est tous les jours son jour, chaque instant son instant car IL EST, continuellement…… certains en son plus conscient que d’autres, on les appel des Saints, des Sages, des Mahatmas (grandes âmes), des êtres réalisés, ces personnes sont pour la population objet de grand respect et de vénération. La spiritualité c’est un feu, feu qui brule et consume notre ego pour révéler progressivement l’âme, la pure conscience dans toute sa simplicité, dans toute sa splendeur et si on ne l’alimente pas, il s’éteint. En Inde le feu est allumé depuis des millénaires, il a été nourrit et continu de l’être par toutes ces traditions et transmissions vivantes, le cœur de chaque être, quelque soit son milieu social est raccordé à une tradition, à un dharma…. humilité et noblesse de la personne qui prie, qui médite, beauté de l’être qui fait naturellement (donc consciemment) les choses - les enfants indiens aiment bien regarder une personne qui travaille, ils sont absorbés dans ce qui se passe et peuvent rester ainsi à contempler pendant de longues minutes, c’est une vraie méditation, à la fois pour l’acteur et le spectateur - en occident on se prend un peu trop souvent la tête, dans notre travail, notre façon d’agir, de se comporter, on est souvent dans la réflexion, dans la gamberge, plus dans le naturel, le ressenti et le spontané, notre mentale s’est complexifié de lui-même, notre matière grise, notre réflexion, nos espoirs et nos peurs, toutes ces choses nous éloignant un peu plus de la simple simplicité d’être ici et maintenant, avec nous même, c'est-à-dire avec Dieu. Une des définitions que donne la Bible de Dieu c’est « Je suis ce JE SUIS », elle a été vérifié et approuvé par bon nombre de sages indiens, tout est déjà en nous, nous sommes déjà fondamentalement ce que nous recherchons (« Le royaume des cieux est en vous » disait Jésus), la source de paix, de plénitude, de félicité est la nature même de notre être, ce sont juste nos pensées, simplement nos pensées avec la pensée racine de l’ego qui nous empêchent de réaliser ce fait. La voie spirituelle vise à nous faire revenir en arrière, à la source de ce que nous sommes, à reconnaitre enfin ce que nous sommes déjà, pas un corps, pas un mental mais simplement une conscience….. le corps change, le mental change mais l’essence de l’être, la conscience, elle non. Retournons donc à la conscience ! Les enfants de l’Inde sont des enfants bénies car ils naissent dans ce grand bain du sacré, la lumière de l’âme brille en eux, cela se voit dans le regard de certains et cela leur apporte un équilibre, une simplicité, une joie intérieure que nos sociétés mercantiles, sans traditions, sans transmissions, ne peuvent amener à nos enfants. Le conseil du jour, cherchez une voie spirituelle qui vous corresponde, écoutez ses enseignements, étudiez les, pratiquez les et donnez un sens complémentaire à votre vie.

Deep Dipawali
Deep DipawaliDeep Dipawali

Deep Dipawali

Pour la Deep Dipawali, avec une quinzaine d’enfants direction les ghats et comme les années précédentes c’était noir de monde. On avait dit qu’on irait peut-être jusqu’à Dasaswamedht ghat mais vu la foule qu’il y avait on a vite laissé tombé. On s’est posé à Shivala pas très loin de chez nous et les enfants ont pu faire exploser les pétards, roquettes et feux d’artifices qu’il nous restait de la Diwali. J’étais un peu mal fichu ce jour là du coup je ne me suis pas éternisé, certains ont prolongé un peu la ballade et sont revenus à la maison chercher leur cartable en début de soirée.

Deep Dipawali
Deep DipawaliDeep Dipawali

Deep Dipawali

Deep Dipawali : Isant un phulgari à la main.

Deep Dipawali : Isant un phulgari à la main.

Deep Dipawali : explosion d’un anar.

Deep Dipawali : explosion d’un anar.

Deep Dipawali : Vandana fait bruler un phulgari.

Deep Dipawali : Vandana fait bruler un phulgari.

En hiver c’est le retour de la vie sur le toit des maisons, c’est souvent là où il fait le meilleur avec les doux rayons de Surya Bhagavan, le Dieu soleil, nos enfant du début d’après-midi en profitent, rollers, cordes à sauter, ballons et c’est aussi le retour des patangs, les fameux cerfs-volants ! En fin d’après-midi c’est l’inverse, la terrasse est maintenant souvent désertée et les enfants restent plutôt à l’intérieur.

Sur la terrasse.
Sur la terrasse.Sur la terrasse.

Sur la terrasse.

Anjali à la corde à sauter.

Anjali à la corde à sauter.

Anush au cerf-volant.

Anush au cerf-volant.

Il ne devait pas y avoir d’examens en novembre et ben finalement si ! Les enfants ont reçu leur planning une semaine à l’avance et contrôles dans toutes les matières pendant une quinzaine de jours. Fin des tests pour les sections primaires le 1er décembre, ce sera ensuite au tour des plus grands. Dans l’ensemble ça a l’air d’avoir bien marché, « à l’aise Blaise » pour les plus petits, parfois un peu plus dur pour les moyens, nous aurons les résultats courant décembre. En novembre il y a eu plusieurs compétitions organisées par les écoles primaires, certains de nos enfants y ont participé et nous avons eu quelques médaillés qui ont reçu en récompense un trophée et un diplôme : Aditya (classe 1 – CP) a fini premier à la course de grenouilles ( ! ), Vandana (classe 2 – CE1) seconde au 50 mètres et Goori (classe 5 – CM2) première en dessin et première en connaissance générale.

Aditya, premier à la course de grenouilles.

Aditya, premier à la course de grenouilles.

Travail scolaire avec Jyoti pour nos plus petits de la fin d’après-midi.
Travail scolaire avec Jyoti pour nos plus petits de la fin d’après-midi.Travail scolaire avec Jyoti pour nos plus petits de la fin d’après-midi.

Travail scolaire avec Jyoti pour nos plus petits de la fin d’après-midi.

Travail scolaire : Sahil.

Travail scolaire : Sahil.

Gouter avec spectacle improvisé par nos enfants du début d’après-midi le 14 novembre pour le jour des enfants avec un feuilleté à la pomme de terre, un samosa, une barre au chocolat et un verre de soda. Danse de Nitya qui fait depuis peu du katthak (la danse traditionnelle du nord de l’Inde) trois fois par semaine en fin d’après-midi avec Padmini, notre enseignante, chant de Ash et Gagendre, on a bien sur eu droit à du Bollywood avec Kusum et Sandya et pour clore ce sympathique moment une poésie de Riya. La plupart des enfants ne sont pas timides, lorsqu’on leur demande une danse, une chanson ou un poème, ils ne se font en général pas prié et lorsque la machine est lancée, qu’ils commencent à enchainer, à danser, à chanter, on est souvent obligé de les arrêter au bout d’un moment !

Gouter avec nos enfants du début d’après-midi.
Gouter avec nos enfants du début d’après-midi.Gouter avec nos enfants du début d’après-midi.

Gouter avec nos enfants du début d’après-midi.

En travaux manuels avec Vivek les plus grands ont commencé depuis peu à faire de la poterie avec de la terre qu’ils ont récupéré sur les bords du Gange, ils sont en train de mouler des sortes de petits pots. Ils s’y sont repris à plusieurs fois, le résultat ne leur convenait pas... photos des chefs d’œuvres dans notre prochain courrier.

Travaux manuels : Juli, Dipika et Gudiya.

Travaux manuels : Juli, Dipika et Gudiya.

En danse c’est toujours la préparation du spectacle pour la prochaine Sarasvati puja, la fête de la Déesse des Arts et des Lettres qui aura lieu en janvier 2015. Différents tableaux avec du katthak, du Bollywood et des danses accompagnées de chants par les plus petits.

Isneha.

Isneha.

Pas de yoga pour les enfants qui avaient leurs examens afin qu’ils puissent bien réviser (les cours de yoga et le travail scolaire sont aux mêmes heures), pratique avec les plus grands où l’on ressent chez certains un intérêt, une curiosité pour le fondement de la discipline, l’âme. Les asanas c’est très bien mais il faut être un peu plus curieux, creuser un peu plus, se questionner et questionner pour apprécier à sa juste valeur cette connaissance millénaire issue de la terre de l’Inde. Le yoga, pour les gens curieux, les personnes qui se questionnent sur la vie et son sens, de par ses pratiques, ses techniques, propose un cheminement de vie vers la réalisation de ce que nous avons dans le ventre, détaché de tout dogme, de toute acceptation et adhésion mentale abrutissante, c’est notre expérience qui prime…… pour cela la patience est nécessaire.

Sur la terrasse.
Sur la terrasse.Sur la terrasse.

Sur la terrasse.

A VENIR…

Noël bien sur, cela fait deux ans que nous organisons un grand gouter, avant il y avait distribution de cadeaux par le Père Noël, à voir cette année selon les finances, on aura peut-être le retour du vieil homme à la barbe blanche dans notre maison ! Si vous voulez partager ce moment de fête avec les enfants de Varanasi votre aide est bien sur la bienvenue.

Travail scolaire : Isneha.

Travail scolaire : Isneha.

Travail scolaire pour les plus petits.
Travail scolaire pour les plus petits.Travail scolaire pour les plus petits.

Travail scolaire pour les plus petits.

FINANCES

730 Euros en septembre, en octobre l’aiguille continue à monter et nous arrivons à 839 Euros, c’est un très bon mois.

Merci Tony, Hubert et Nicole, Seb et Raquel, Damien, Karine et Luc, Martialo, Yvette, Rémi, Suzanne, Geneviève, Georges, Yolande, Mam, Loris, Mylène, à Marie-Christine et à toutes les personnes qui étaient avec vous lors de votre passage chez nous (voir notre dernier courrier), merci à la Guichard’s Unlimited Enterprise inc. ainsi qu’à Papa !

Amicalement à tous,

Christophe

Novembre 2014

YOGMAYA est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, enregistrée auprès de la préfecture de l’Isère sous le numéro W381015403.

Publié dans Courriers mensuels

Commenter cet article