Avril et Mai 2013

Publié le

Avril et Mai 2013

Namaste, bonjour à tous !

Je suis actuellement en France pour un peu plus d’un mois, retour en Inde le 3 juin. Pour les enfants c’est actuellement le début des grandes vacances, deux mois de congés en mai et juin, période la plus chaude de l’année, avant de réattaquer l’école en juillet. Nous aurons les résultats des examens normalement à la fin du mois, affichage dans les écoles pour les plus jeunes, uniquement via internet pour les plus grands (classe 10 à 12 – équivalent seconde à Terminal). Nos garçons étudiant en section primaire à l’école « Bengali Tola » ont déjà commencé à travailler dans leur nouvelle classe dés le début du mois d’avril. Jisant, un des enfants que nous scolarisons dans cet établissement est passé dans la classe supérieure, il étudie désormais en classe 3 (CE2), nous avons réglé ses frais d’admission pour 910 Roupies (environ 14 Euros) et acheté ses nouveaux manuels scolaires et cahiers pour 1.074 Roupies (16 Euros). Jisant c’est le prénom qu’il porte chez lui et chez nous, mais pour l’école c’est Amit, sur tous les documents de liaison, ses cahiers et ses livres on ne trouve pas trace de Jisant, uniquement Amit. Beaucoup d’enfants ont plusieurs prénoms qui sont utilisés en fonction du lieu ou des personnes avec qui ils sont, prénoms qui leurs sont souvent donnés par les oncles ou les tantes, certains se retrouvant parfois avec quatre prénoms ! Ce n’est pas le cas de tous les enfants mais beaucoup en ont au minimum deux, un pour la maison et un pour l’école.

Photo 1. Carrom board - Photo 2. Vikash, Vikash et Vishal - Photo 3. Sur le balcon.Photo 1. Carrom board - Photo 2. Vikash, Vikash et Vishal - Photo 3. Sur le balcon.
Photo 1. Carrom board - Photo 2. Vikash, Vikash et Vishal - Photo 3. Sur le balcon.

Photo 1. Carrom board - Photo 2. Vikash, Vikash et Vishal - Photo 3. Sur le balcon.

A mon retour début juin nous aurons à préparer la rentrée scolaire de juillet avec l’achat des manuels et des cahiers pour les enfants que nous scolarisons (21 bambins au total dont la prise en charge de la totalité des frais incombant à leur scolarité pour 15 d’entre eux) et certainement l’inscription dans le privé pour deux ou trois nouveaux enfants. Pour acheter les bouquins ça peut mettre du temps, beaucoup de temps……. on doit souvent retourner à la boutique des sympathiques frères Mukherjee, certains manuels n’étant pas toujours disponibles, il y a souvent du monde dans le magasin et les deux frères travaillent à l’ancienne, sans calculette, vérifient au minimum deux ou trois fois la longue note où ils ont pris soins d’écrire le nom du livre et son prix……… et y fait chaud, on transpire rudement en attendant son tour, souvent pas d’électricité le matin et les ventilateurs de la boutique ne tournent pas........ On est juste content quand on en ressort après parfois plus d’une heure et demi d’attente, les livres et les cahiers cerclés dans du papier journal, en se disant qu’il faudra y retourner d’ici peu pour chercher les bouquins manquants…. et souvent les bouquins manquants ne sont pas là le jour indiqué par l’ami Mukherjee et il faut donc y revenir de nouveau. Pendant la période de la rentrée scolaire ils n’arrêtent pas du matin au soir, c’est une petite boutique située juste en face de l’école « Bengali Tola » où va Jisant, la plupart des enfants de notre coin, quelque soit leur établissement scolaire y achètent leurs nouveaux manuels. Le matin ça va, les deux frères ont encore les neurones d’aplomb, mais il m’est arrivé d’y aller en fin d’après-midi durant cette période de la rentrée et ils sont souvent au radar, sur les nerfs, la tête remplie par une journée d’addition, de soustraction, de nom de livres à noter, certains à changer, le tout dans la douce chaleur du mois de juin !

Anniversaire à Christophe.Anniversaire à Christophe.
Anniversaire à Christophe.

Anniversaire à Christophe.

Le 8 avril nous avons fêté mon anniversaire avec deux gros gâteaux à l’ananas et un verre de soda frais, tout nos enfants étaient là, ceux du début et de la fin d’aprèm, certains sur leur 31, cheveux bien huilés et peignés, tenue du dimanche sur le dos ! Apres le soufflage des bougies les bambins m’ont remis leurs cadeaux : des bonbons, des chocolats, des statuettes, des tableaux et autres objets décoratifs, des produits cosmétiques, un panier de fruits, une chemise, deux planches à découper avec son couteau et une sorte de boite tupperware pour garder les rotis (galettes de pain) chaud !

Anniversaire à Christophe : Mansi et son cadeaux.

Anniversaire à Christophe : Mansi et son cadeaux.

La veille que je parte de Varanasi, Anamika (une « ancienne » de la maison) a emmené Manisha chez le dermatologue pour une verrue qu’elle avait sur la joue et l’après-midi de mon départ elle y retournait pour qu’il la lui enlève. Je les ai eu au téléphone depuis, tout est o.k, Manisha n’a pas eu mal (contrairement à Anush il y a quelques temps de cela pour des verrues aux mains, il avait eu certainement plus peur que mal et avait bien pleuré avant de se reprendre). Pommade et médicaments pour Manisha pendant quelques jours. Le coût de la consultation est de 150 Roupies (un peu plus de 2 Euros), 500 Roupies (7 Euros) pour l’intervention, pour les médocs je ne le sais pas encore.

Photo 1. Punam, Aditya et Karena - Photo 2. Kusum et Shalini - Photo 3. Chinki, Ashvani et Sonu.Photo 1. Punam, Aditya et Karena - Photo 2. Kusum et Shalini - Photo 3. Chinki, Ashvani et Sonu.
Photo 1. Punam, Aditya et Karena - Photo 2. Kusum et Shalini - Photo 3. Chinki, Ashvani et Sonu.

Photo 1. Punam, Aditya et Karena - Photo 2. Kusum et Shalini - Photo 3. Chinki, Ashvani et Sonu.

Pendant cette période de congés scolaires les enfants travaillent un jour avec nos enseignantes (histoire de ne pas oublier ce qu’ils ont fait dans l’année) et alternent avec un jour de jeux, dessins ou activités manuels. Avec Vivek ils étaient en train de réaliser un paon sur une feuille cartonnée noire. Le corps de l’animal étant fait de papier crépon (merci Irène !), son bec en relief de papier blanc, ses plumes toutes déployées avec des bâtonnets en bois décorés de paillettes brillantes. Belle idée de Vivek (le paon est l’animal national) et joli résultat.

Anniversaire à Christophe.Anniversaire à Christophe.
Anniversaire à Christophe.

Anniversaire à Christophe.

FINANCES

Ce courrier regroupant nos infos d’avril et mai, le récapitulatif des rentrées sera donc pour les deux mois de mars et avril.

En février nous avions reçu 730 Euros, mars continu sur cette bonne trajectoire avec 700 Euros tout rond « in the » tirelire ! Merci beaucoup à Tony, Hubert et Nicole, Seb et Raquel, Martial, Karine et Luc, Georges, Danielle, Maman, Geneviève, Rémi, Mylène, Damien, la famille Guichard et un grand merci à l’association « Agir pour Bénarès » et son président Michel !

Avril continu dans le même sillon que les mois précédents avec un total de 735 Euros….. la classe ! Merci à tous pour votre générosité et fidélité, ponctuelle ou régulière……. Grazie mille Tony, Hubert et Nicole, Martialo, Seb et Raquel, Danielle, Karine et Luc, Maman, Michèle Perrin, Marie-Thé et Jean-Loup, Colette, Geneviève, Georges, Rémi, Mylène, Yvette, the Guichard’s familly (à très bientôt !), Maggy, Suzanne, Simone et Marine.

Je vous joins ci-dessous l’extrait d’une correspondance que j’ai eu avec un ami suite à notre dernier courrier évoquant la pression scolaire que mettent certains parents pouvant conduire leur enfant au suicide. Petite impression et réflexion sur le pays……

Salut amical à tous,

Christophe

Ashvani

Ashvani

L’Inde est ses paradoxes… la mentalité et le rationalisme occidental en prend ici un sacré coup….. et beaucoup de choses sont incompréhensibles pour nos petites tronches et nous surprennent, nous amènent des questions, nous repoussent ou nous attirent (la fanfare et les gens qui dansent autour du brancard funéraire, la nonchalance poussée à l’extrême de certains, la diversité dans l’imagerie de Dieu et dans la façon de l’adorer ….). Ce peut-être effectivement les mêmes parents qui racontent des histoires millénaires à leurs bambins et qui leur mettent par la suite une sacrée pression sur les épaules conduisant certains enfants au suicide, tous les cas de figures peuvent se présenter, on aimerait bien dessiner un idéal (ce qui est véhiculé par les textes sacrés Hindou), mais il est, à la période actuelle, assez difficile de généraliser.

La tendance en matière d’éducation c’est que c’est assez stricte (à la maison comme à l’école les enfants se prennent des baffes, coups de ceintures ou autres s’ils n’obéissent pas) tout en laissant pas mal de liberté aux enfants (peut-être encore paradoxal pour un occidental….). Un contexte de vie différent de chez nous, extérieurement, avec beaucoup moins d’infrastructures matériels et intérieurement aussi, avec une ambiance générale moins parano, moins accès sur la sécurité qu’en France, des gens moins pressés, moins tendus, moins stressés.

Chinki

Chinki

Pour encore la grosse majorité de la population le confort matériel est assez sommaire, les familles sont nombreuses, avec un paquet de personnes qui vivent dans le même foyer (un petit appart de célibataire en France, ici ils y vivent à huit dedans), beaucoup plus de souplesse intérieur (et extérieur par la même occasion, les deux étant forcement un peu liée) dû au fait d’un ego beaucoup moins développé que chez nous (l’enfant roi, les caprices, j’en ai quasiment jamais vu, ou si un gamin commence à être un peu capricieux, en général il se prend deux baffes et il ne le reste pas longtemps) et ce n’est pas l’intérêt de l’individu qui prime mais celui de la famille ou de la communauté.

Autres grands traits qui ressort, c’est la simplicité, l’humilité et la fierté de ce peuple. Ils sont fiers d’être indiens, très nationalistes et se tiennent en général naturellement droit (encore dû à la façon de vivre, sans chaises, les toilettes à la turc, ce qui fait que la plupart des indiens ont le dos droit et très peu de problèmes de colonnes vertébrales) et si un enfant a dés fois une tendance à être « trop courbé », les parents ou les enseignants le corrigent en lui disant de faire gaffe et de se tenir droit, mais pour la grosse majorité des gens, les gros, les maigres, les grands, les petits, ils se tiennent droit et peuvent encore s’accroupir naturellement, les deux pieds à plats sur le sol, pour faire la lessive ou la vaisselle (les sorties d’eau sont souvent au ras du sol) ou pour faire leur besoin (beaucoup d’Européens n’y arrivent plus, on ne sait plus faire naturellement caca, on a besoin d’un trône !).

Anniversaire à Christophe.Anniversaire à Christophe.
Anniversaire à Christophe.

Anniversaire à Christophe.

La présence du sacré dans et à l’extérieur des foyers fait que l’enfant, dés son plus âge, a une certaine relation avec son monde intérieur que notre télé et jeux vidéo n’amènent pas à nos p’tiots. L’enfant indien tu peux le laisser une heure assis, il ne bougera pas d’un poil (il suffit de voir dans les halls de gare les mamans avec leurs enfants, ou chez nous lorsque nous avons fait la puja pour la Déesse Sarasvatî), le mental est encore assez tranquille et n’a pas tout le temps besoin d’un stimulant. Dés qu’il est tout petit on lui apprend qu’il y a une force créatrice omniprésente qui est la source de son être, qui est en lui et au dehors de lui et qu’il faut faire preuve d’humilité par rapport à cela. Les indiens, qu’ils soient petits ou grands n’ont aucun mal à se prosterner, à faire preuve d’humilité par rapport à une personne (un ainé, un parent….) ou aux Dieux, quelle qu’en soit la représentation, ils le font naturellement. Pour l’occidental, avec sa forte personnalité, son ego souvent surdéveloppé et sa vie intérieure quasiment inexistante, ça peut-être difficile, ridicule, purement folklorique, voir sans aucun sens. Pour moi nous souffrons souvent d’un complexe, complexe de supériorité mentale qui nous fait beaucoup de mal……. pratique spirituelle, cultiver l’humilité, la simplicité, la joie, la justesse, l’endurance et le contentement, voila la voie.

Avril et Mai 2013

YOGMAYA est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, enregistrée auprès de la préfecture de l’Isère sous le numéro 0381034198.

Publié dans Courriers mensuels

Commenter cet article