Août 2013

Publié le

Août 2013

Namaste, bonjour à tous !

Cette année la saison de la mousson est plutôt rudasse, pas sur Varanasi où les pluies ne sont pour l’instant pas super importantes mais plus au nord ouest, dans la région de l’Uttaranchal où elles ont fait des milliers de morts et de gros dégâts matériels. C’est une très jolie zone de l’Inde, avec la chaine de l’Himalaya et pendant les mois d’été les pèlerins y affluent pour aller dans les temples des montagnes, notamment à Gangotri, où se trouve la source du Gange et à Kedarnath, où il y avait un fameux temple consacré à Shiva qui a été complètement détruit par les intempéries. A Bénarès le Gange n’avait pas atteint un tel niveau depuis 35 ans, les ghats sont bien sur sous les eaux et dans certains coins, notamment prés de chez nous à Harischandra ghat, l’eau stagne dans les rues de circulation où se trouve les vendeurs de tchai et autres petits commerçants et rentre même dans les maisons. Chinki, une de nos petites qui habite là bas ne dors plus chez elle depuis plusieurs jours, pareil du côté de chez Niva, à Samne ghat où elle a de l’eau jusqu'à hauteur d’épaule. Elle n’était pas venu depuis plusieurs jours et a pu repasser avant hier après-midi, elle a pu sortir de chez elle en payant un gars qui a une grosse chambre à air et qui navigue entre les habitations pour transporter les gens, nouveau business sur Varanasi depuis quelques jours ! Dans certains coins on entend dire que pas mal de personnes sont isolées et sans nourriture, Niva me disait que chez elle l’eau était rentrée pendant la nuit, vers les 2h00 du mat, pleins de denrées alimentaires, des vêtements et d’autres trucs ont été saccagés, l’eau amène apparemment pas mal de saloperies, des excréments, de la boue, on entend aussi parler de serpents, de vols, certains n’ont plus accès aux toilettes qui se trouvent en général au rez-de chaussé des maisons et à Harischandra ghat, endroit où a lieu les crémations, on brule les corps dans un petit bout de rue. Les pluies devraient maintenant être moins abondantes, en général la saison de la mousson se termine à la mi-septembre et on espère que d’ici quelques jours le Gange descende un peu de niveau afin de permettre une vie à nouveau normale.

Photo 1. Bonishree, « choti Madam » et les enfants - Photo 2. Kusum et Anjali dans la salle de jeux.Photo 1. Bonishree, « choti Madam » et les enfants - Photo 2. Kusum et Anjali dans la salle de jeux.

Photo 1. Bonishree, « choti Madam » et les enfants - Photo 2. Kusum et Anjali dans la salle de jeux.

Bonishree, notre enseignante du début d’après-midi qui a accouché à la mi-juillet revient enseigner depuis début août, accompagnée de sa toute petite fille que les enfants appellent « choti Madam » (petite Madame). Comme je vous l’expliquai dans le dernier courrier elle n’a pas encore de prénom définitif, ce sera pour la Durga Puja en octobre et pour l’instant sa famille l’appelle Rishita. Je voulais que Bonishree reste en congés plus longtemps mais c’est elle qui a voulu revenir, du coup elle part à 15h00, une fois le soutien scolaire terminé, elle ne reste plus pendant le temps de jeux des enfants et elle ne vient pas le samedi, jour de l’activité dessin.

Fête de l’Indépendance : nos enfants du début d’après-midi.

Fête de l’Indépendance : nos enfants du début d’après-midi.

Les enfants devant le drapeau.

Les enfants devant le drapeau.

Le mois d’août a été rempli de festivals avec notamment la fête de l’Indépendance le 15. En début d’après-midi Bonishree avait demandé aux enfants de garder leur uniforme d’école et pour les grandes occasions c’est le blanc (qu’ils mettent en général uniquement le samedi). Tous sur la terrasse pour l’ouverture du drapeau effectué par Vikash et Vishal, les enfants soigneusement alignés et reprise en cœur, avec foi et détermination, de chants en l’honneur de Bharat Mata, la Mère patrie. On s’est ensuite tous retrouvés dans la salle du bas où a lieu le soutien scolaire et où se trouve notre petit temple dédié à Sarasvatî, la Déesse des Arts et des Lettres et chaque enfants, l’un après l’autre, a proposé un petit quelque chose, un chant, une danse, un poème……. et une récitation d’alphabet en anglais pour nos deux tous petits Umang et Hritik ! Gouter avec un verre de soda frais, une portion de namkeen (snack salé), un rouleau feuilleté à la crème et un bonbon. Rebelote en fin d’après-midi où certains avaient conservé la tenue blanche de rigueur, pas de nouvelle ouverture de drapeau étant donné que le travail avait déjà été fait en début d’aprèm, de nouveau quelques chansons patriotiques puis petit spectacle improvisé avec des danses, des chants, de la poésie, de la gymnastique et nous avons même eu droit à deux jolies chansons interprétées par Niva, notre enseignante, complètement habitée pour l’occasion ! Gouter identique à celui du début d’après-midi, puis jeux et puja (rituel Hindou) suivi de bhajans (chants dévotionnels) pour clore la journée. Le coût du gouter pour nos 76 enfants est de 1.410 Roupies (21 Euros).

Fête de l’Indépendance.
Fête de l’Indépendance.Fête de l’Indépendance.

Fête de l’Indépendance.

Nous avons repoussé notre programme de danse et yoga à une date ultérieure, Nisha, notre enseignante qui s’occupait des plus petits et de l’activité danse ne vient plus depuis début août, elle ne pouvait arriver régulièrement à l’heure pour le soutien scolaire et c’est désormais Jyoti qui la remplace, uniquement pour le travail scolaire. Pour la danse nous sommes actuellement à la recherche d’une prof qui pourrait enseigner le classique (avec Nisha c’était plutôt Boolywood), la danse classique Indienne c’est vraiment très beau, les enfants adorent et on sent une réelle envie d’apprendre pour nombre d’entre eux. Nous avons eu quelques contacts, mais pour l’instant ce n’est pas dans nos possibilités financières, pour un mois de cours à raison de deux fois par semaine (on aurait voulu trois) certaines demandent de 3.000 à 4.000 Roupies (46 à 61 Euros). Il faudrait que l’on trouve une prof qui ait une situation familiale correcte et qui veuille faire cela plus pour la bonne cause que pour l’argent. Il y aurait bien eu Monalisha, la fille à Niva qui a étudié la danse classique à l’université, qui est diplômée, qui a une bonne situation familiale et qui aurait été prête à venir pour 1.500 Roupies (23 Euros) par mois mais elle ne peut être libre aux horaires qui nous conviennent (18h30 à 19h30 le mardi, jeudi et samedi) elle donne déjà des cours particuliers durant ces plages horaires, elle aurait pu venir uniquement de 17h00 à 18h00, mais chez nous c’est l’heure du soutien scolaire et du yoga. A suivre ces prochains jours……

Fête de l’Indépendance.Fête de l’Indépendance.

Fête de l’Indépendance.

Le 21 août c’était Raksha Bandhan, fête célébrant les relations entre frères et sœurs, celle-ci nouant autour de son poignet un bracelet pour symboliser leur lien, celui-ci lui offrant un présent en retour, souvent de l’argent, un vêtement ou des pâtisseries, certains garçons en avaient ainsi quatre, cinq ou six ! En travaux manuels avec Vivek nos bambins ont fabriqué des rakhi (bracelets) quelques semaines avant la date du festival, bracelets en forme d’oiseau fait d’un tas de petits accessoires assemblés et collés, avec de la peinture brillante en paillette, une vraie plume en guise de queue et même un petit présentoir en carton et son sachet pour faire comme les vrais ! La veille du festival les filles se sont mises à se faire des tatouages au mehandi sur les avants bras et certaines ont poursuivi le travail tard le soir dans leur foyer, Sunita me disait qu’elle avait fini vers les 1h00 du mat, tatouages pour la maman, les tantes, les sœurs, elle avait du taf !

Photo 1, 2, 3. Confection de bracelets pour Raksha Bandhan - Photo 4. Mehandi : Shivani et Renu.Photo 1, 2, 3. Confection de bracelets pour Raksha Bandhan - Photo 4. Mehandi : Shivani et Renu.Photo 1, 2, 3. Confection de bracelets pour Raksha Bandhan - Photo 4. Mehandi : Shivani et Renu.
Photo 1, 2, 3. Confection de bracelets pour Raksha Bandhan - Photo 4. Mehandi : Shivani et Renu.

Photo 1, 2, 3. Confection de bracelets pour Raksha Bandhan - Photo 4. Mehandi : Shivani et Renu.

Dans leur grand cahier de travaux manuels ils sont actuellement en train de faire du collage avec des bracelets fins en plastique que les indiennes raffolent, bracelets cassés qu’ils ont récupéré à la maison, collage en forme de gros poisson dans son milieu naturel, avec les algues et tout le toutim.

Photo 1. Coloriage : Pragati, Aditya et Muskan - Photo 2. Ashvani.Photo 1. Coloriage : Pragati, Aditya et Muskan - Photo 2. Ashvani.

Photo 1. Coloriage : Pragati, Aditya et Muskan - Photo 2. Ashvani.

Dernier point sur les bambins que nous scolarisons avec le versement des frais mensuels de scolarité pour 16 enfants, pour les plus grands (à partir de la classe 6 - équivalent 6eme) le paiement de l’année complète c’est déjà fait début juillet. Nous aurons à verser tous les mois un total de 2.600 Roupies (40 Euros), avec des frais mensuels variant de 100 Roupies (1,50 Euros) pour Sahil, scolarisé en classe 3 (CE2) à l’école « Little Star » à 250 Roupies (un peu moins de 4 Euros) pour Jisant, scolarisé lui aussi en classe 3 mais à l’école « Bengali Tola ». Pour certains enfants nous leur remettons une enveloppe quelques jours avant le « fees day », jour de paiement des frais de scolarité, le 15 de chaque mois, pour d’autres, essentiellement les plus petits, c’est moi qui vais effectuer le paiement dans les écoles.

Vivek, Akash, Tchotu, Shibu et Rohit.

Vivek, Akash, Tchotu, Shibu et Rohit.

Dernière visite chez le dermatologue pour Anjali ce vendredi afin qu’il lui enlève les verrues qu’elle avait à la main, au dessus de l’œil et prêt du nez, le docteur s’était absenté pendant un certain temps et nous avons dû attendre son retour ces jours-ci. Nous en avons eu pour 700 Roupies (10 Euros) de médecin, comprenant une piqure anesthésiante et des gants en plastiques pour la petite intervention et 128 Roupies (un peu moins de 2 Euros) pour un médicament à prendre pendant dix jours avec une pommade.

Anjali sans ses verrues.

Anjali sans ses verrues.

Nous distribuons depuis déjà quelques temps à certains enfants dentifrices et brosses à dents, nous avons acheté dans le quartier de Dal Mandy les brosses, c’est le quartier où l’on trouve de tout, c’est souvent vendu en grosse quantité, beaucoup de petits commerçants s’y fournissent, à des prix défiants toute concurrence, on paye la boite de 12 brosses à dents, de bonne qualité, 144 Roupies (1,50 Euros).

Vandana et Ayushi.

Vandana et Ayushi.

Niva, Manisha, Jyoti et Gudya.

Niva, Manisha, Jyoti et Gudya.

PROJETS

Sans doute une sortie pique-nique courant septembre, à voir dans quel coin, un peu en fonction de la météo (depuis quelques jours nous avons des averses régulières) et de ce qu’il se dit. On était souvent allé dans des jolis endroits avec des points d’eau et des cascades, mais vu la mousson qui est cette année plutôt virulente, on entend souvent dire que ces coins sont dangereux pendant cette période et qu’il y a déjà eu des accidents, donc ce sera non. Pourquoi pas Sarnath où ne sommes pas allés depuis deux ans, pas trop éloigné de Varanasi, on aime bien ce lieu avec de l’espace, des animaux, des temples et après la saison des pluies la végétation doit être plutôt sympa. A confirmer début septembre.

Si nous ne partons pas pique-niquer nous organiserons peut être un grand repas dans la maison, nous n’en avons pas fait depuis déjà quelques années. Pour les enfants comme pour les enseignantes c’est toujours un plaisir, de mettre la main à la patte pour certains, uniquement de manger pour d’autres, moment de partage simple, conviviale et joyeux !

Fête de l’Indépendance Photo 1. Les enfants sur la terrasse - Photo 2. Chant de Niva.Fête de l’Indépendance Photo 1. Les enfants sur la terrasse - Photo 2. Chant de Niva.

Fête de l’Indépendance Photo 1. Les enfants sur la terrasse - Photo 2. Chant de Niva.

FINANCES

Apres le mois de juin qui n’était pas terrible (340 Euros), juillet continu sur la pente glissante avec 260 Euros……même commentaire qu’en juillet : ouille, ouille, ouille ! Merci pour votre générosité et fidélité à Tony, Hubert et Nicole, l’ami Martial, Danielle, Karine et Luc, Seb et Raquel, Geneviève, Georges, Carine, Rémi, Mylène, the Guichard’s family et Marine.

Amicalement à tous,

Hari Om !

Christophe

Août 2013

YOGMAYA est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, enregistrée auprès de la préfecture de l’Isère sous le numéro 0381034198.

Publié dans Courriers mensuels

Commenter cet article