Novembre 2012

Publié le

Novembre 2012

Namaskar !

Ca y-est nous sommes installés depuis une semaine dans notre nouvelle maison, déménagement à l’indienne, avec son lot de surprises bien sur ! Nous devions rendre l’ashram dans lequel nous étions avant le 5, aussi nous avions dit à notre nouveau propriétaire que nous emménagerions le dimanche 2 afin que les enfants soient là pour donner un coup de main à porter les cartons. Samedi en début d’aprèm, Bonishree, c’est l’une des nos enseignante, notre nouveau manoir appartient à son beau frère, me dit que la maison sera vide en fin d’après-midi, je lui reconfirme l’emménagement pour le lendemain sur le coup des 12h00…. Le dimanche en fin de matinée le proprio et son frère viennent me dire que la maison n’est pas vide, qu’il reste deux familles, que nous aurons de dispo le jour même qu’une seule petite pièce, trois en plus pour le lundi et que les deux familles n’ayant pas encore trouvé de logement restent dans la maison jusqu’au 15… nous nous étions mis d’accord avec eux courant août en leur confirmant notre emménagement pour décembre, mais bon, « Incredible India ! » comme le dit le slogan des offices de tourisme…. On a un paquet d’affaires, on ne dirait pas comme ça mais quand on a fait les emballages, on en avait un bon paquet au rez-de-chaussée, un bon paquet dans le patio et un bon paquet à l’étage et pour faire rentrer tout ça dans la petite pièce mise à disposition – qui fait maintenant office de sellier pour ranger les chaussures, les vélos, les ballons et les autres jeux de plein air – ça semblait pas évident. Une quinzaine d’enfants étaient là et ça a pas trainé, pas besoin de louer un chariot pour trimballer les affaires, notre nouvelle maison se trouvant à peine à une petite centaine de mètre de l’ashram et les bambins y ont tout pu faire rentrer dans le sellier, y-en avait jusqu’au plafond, une porte était condamnée et on pouvait à peine y rentrer, mais tout était dedans !

Novembre 2012

Le lundi en fin de matinée Bonishree me confirme que les trois autres pièces sont dispo, deux pièces supplémentaires étant donc encore occupées par des familles. La maison se compose d’un rez-de-chaussée avec le fameux sellier, des sanitaires et une grande cuisine fréquentée par nos amis les souris, pas très grandes mais assez bien en chair avec leur petit ventre bien dodu, c’est pas des maigrelettes ! Ensuite nous avons un étage avec une pièce de taille correcte que nous occupons et qui sert pour l’instant à Niva et Bonishree pour le soutien scolaire, c’est là où nous faisons la puja, pièce fonctionnelle avec des étagères de rangement dans les murs et en hauteur, les enfants pourrons d’ailleurs s’y percher lorsqu’il n’y aura pas assez de place au sol, un petit balcon et une autre pièce plus petite qui est pour l’instant occupée par une famille (c’est la sœur de Tchotu, un de nos enfants, avec son mari et leur petit bébé) et qui fera sans doute office de salle de jeu ou salle d’étude. Le deuxième étage se présente comme le premier avec une grande pièce (pour l’instant occupée par la famille de Muskan et Aditya, deux enfants que nous scolarisons) et où aurons lieu les cours de yoga, de danse, les activités manuelles et une plus petite où je dors et où à lieu le soutien scolaire avec Sumita et Nisha, pas de balcon à cet étage, mais pas mal de place au niveau du pallier (pour l’instant y est installé l’artillerie de cuisine de la famille) et où nous pourrons sans doute mettre notre armoire et éventuellement les bassines de jouets afin de libérer la petite pièce du bas pour l’étude scolaire, à voir lors de l’installation définitive. Un peu plus haut nous avons de nouveau des sanitaires puis nous allons ensuite en direction de la terrasse sur le toit et là il y a une jolie pièce, plus grande que les autres mais qui est remplie par un sacré bordel appartenant au proprio, à voir par la suite avec sans doute la possibilité de libérer cette belle chambre, de virer les affaires dans une pièce qui se trouve au même étage mais qui n’est malheureusement pas encore couverte, pas de toit (à envisager alors la couverture, soit en dur avec un vrai toit soit en tôles métallique) et nous pourrons alors bénéficier d’une grande salle pour rassembler tout notre monde pour les gouters et la puja. Nous accédons ensuite au toit, jolie surface, jolie vue sur Varanasi, les enfants pourront sans doute y continuer leurs prouesses en rollers (la rue est en gros pavé, pas l’idéal pour la glisse) et nous avons deux gros réservoirs d’eau, c’est bien, ça nous laisse une réserve en cas de coupures d’électricité.

Photo 1. Vu du toit - Photo 2. Jeux devant la maison - Photo 3. Nos voisines !Photo 1. Vu du toit - Photo 2. Jeux devant la maison - Photo 3. Nos voisines !
Photo 1. Vu du toit - Photo 2. Jeux devant la maison - Photo 3. Nos voisines !

Photo 1. Vu du toit - Photo 2. Jeux devant la maison - Photo 3. Nos voisines !

Nettoyage des pièces mise à disposition car c’était vraiment très degeulasse, les toilettes ayant dû être le théâtre de je ne sais quels conflits armés, la troisième guerre mondiale, un nouveau Hiroshima…. va savoir …… et choses que j’avais remarqué mais sans trop percuter, c’est que les deux réservoirs d’eau sur le toit n’avaient pas de couvercles (souvent les singes s’amusent avec et si les couvercles sont mal fixés ils peuvent les embarquer) et c’est vrai qu’en y regardant de plus prés, l’eau elle faisait pas très net, avec plutôt un drôle de parfum, des insectes flottant ou se désagrégeant, un bout de roti (galette) se baladait dans l’un …. et confirmation le lendemain matin en prenant la douche, l’eau était vraiment, vraiment (désolé pour l’expression) « à chier » ! Du coup en fin d’aprèm lorsque l’eau de la ville arrive, nettoyage des réservoirs ! Short de plongé, tel Jacques Mayol s’apprêtant à descendre dans le grand bleu (pour le coup c’était plutôt noir) armé d’une grosse brosse, d’une éponge, de seaux et de désinfectant et en voiture Simone pour une exploration des cuves ! C’était noir, vert, vaseux, plein d’insectes, de fils de cerf volant et ça puait, les enfants (Sunita, Vivek, Anamika, Kajol, Aditya et Muskan) plein d’entrain et d’énergie pour me donner un coup de main à sortir les seaux d’eau infectée du réservoir - y fallait d’abord vider l’eau qui restait, on a ouvert tout les robinets de la maison mais ça n’allait pas assez vite, du coup on a fait ça aux seaux - et m’amener de l’eau propre pour nettoyer l’intérieur des cuves ! La nuit tombe vite actuellement, y commence même à faire frais le soir et nous avons fait une bonne partie du travail avec la lampe de sécurité….. mais nos deux réservoirs étaient blanc de blanc (l’extérieur est noir mais l’intérieur blanc), un doux parfum floral – chose qu’ils n’avaient jamais du connaitre - s’échappant même de leurs imposantes masses plastique ! Pendant que j’allais me doucher Vivek c’est chargé de couvrir l’ouverture des réservoirs avec une bâche plastique cerclée de fil (en attendant que nous mettions de vrais couvercles) et il a en plus posé un gros pavés en pierre qui se trouvait sur la terrasse sur chacune des cuves, avec des briques dessus pour éviter que les singes ne fassent encore des leurs ! Le soir on c’est fait un resto avec les trois plus grands et on a super apprécié, salle légèrement chauffée, bonne nourriture, café ou tchai pour clore le repas… ils étaient super content et moi aussi !

Bonishree et les enfants sur le pallier.

Bonishree et les enfants sur le pallier.

Sinon la maison est bien, plutôt en bon état, moins humide que l’ashram que nous occupions, les peintures sont relativement correctes (pour l’Inde), pas mal de pièces sont équipées de fenêtres avec des vitres, sinon juste des volets en bois et nous aurons du soleil toute la journée pendant ces quelques mois d’hiver, dans notre autre maison pas de soleil en hiver, juste en été et le matin après la douche ça caillait bien, tandis qu’ici, le tchai matinal se prend les vitres grandes ouvertes avec la douce chaleur de Surya Bhagavan (le Dieu Soleil) en face et comme fond sonore sympathique, les sifflotements et cris du voisin d’à côté qui fait voler ses pigeons !

Isneha, Aditya, Ashvani et Sueta.

Isneha, Aditya, Ashvani et Sueta.

Avant de partir de l’ashram appartenant à la Juna Akhara, à leur demande nous avons du faire donner un petit coup de peinture à certaines pièces et à l’extérieur du bâtiment afin que celui-ci soit propre pour accueillir les Sadhus. C’est le papa à Shibu et le grand père à Vandana qui nous ont fait le travail, on n’a pas tout fait retaper, juste ce que l’on estimait nécessaire, certaines pièces étant encore correctes et l’on s’en sort, tout compris (ciment, peintures, main d’œuvre…) pour 6.445 Roupies (environ 107 Euros). Etant donné que nous avons tout pris à notre charge nous n’avons pas payé le dernier mois de loyer.

Photo 1. Décoration des diyas - Photos 2 et 3. Les enfants et leurs diyas.                                                                                           Photo 1. Décoration des diyas - Photos 2 et 3. Les enfants et leurs diyas.
Photo 1. Décoration des diyas - Photos 2 et 3. Les enfants et leurs diyas.

Photo 1. Décoration des diyas - Photos 2 et 3. Les enfants et leurs diyas.

En novembre il y avait la fête des lumières, la Diwali, nos enfants du début d’aprèm ont décoré des diyas (bougeoirs) en terre cuite avec de la peinture, mis une mèche en coton recouverte de cire de bougie à l’intérieur et ils ont pu allumer leurs diyas chez eux le soir du festival. Une quinzaine de jours après la Diwali c’était la Deep Dipawali, distribution de pétards, roquettes et autres engins qui font du bruit et de la lumière puis ballade à la tombée de la nuit sur les ghâts avec une cinquantaine de bambins. Cette année encore beaucoup de monde et la présence intensifiée des forces de l’ordre. Nous sommes allés en direction d’Assi ghât mais impossible d’aller jusqu’au bout, trop de population, nous avons donc fait plusieurs arrêts pour faire péter l’artillerie, s’en prendre plein les oreilles, admirer les fontaines lumineuses des anars et voir les enfants sauter sur les petites tornades de feux des djelebi. Achat d’engins explosifs pour 3.000 Roupies (environ 50 Euros).

Deep Dipawali.
Deep Dipawali.Deep Dipawali.

Deep Dipawali.

Nous avons acheté leurs tenues d’hiver aux nouveaux enfants que nous avons scolarisé en juillet, Salni, Shivani, Muskan, Aditya, Chinki, Priya et Vandana, pour les autres bambins les affaires de l’année dernière sont encore en bon état, juste deux pantalons et un foulard à racheter pour Punam. Pour l’hiver les filles portent un survêtement en dessous de leur jupe (et parfois de leur pantalon pour les garçons), un pullover avec souvent quelques épaisseurs de chemises et t-shirts et un foulard en laine sur la tête. Achat pour un total de 3.200 Roupies (53 Euros).

Deep Dipawali : Vandana.

Deep Dipawali : Vandana.

Le lecteur d.v.d. de l’ordi était nase, afin d’assurer les cours de danse nous avons dû en racheter un autre pour 2.500 Roupies (40 Euros), à prévoir également l’achat d’une nouvelle batterie, lorsqu’il y a des coupures d’électricité la durée d’autonomie du portable et à peine de quelques minutes.

Deep Dipawali : Sahil.

Deep Dipawali : Sahil.

Durant mon séjour en France il y a eu quelques dépenses particulières avec la réparation du moteur pour remplir le réservoir d’eau, cela faisait déjà un certain temps qu’il déconnait (1.250 Roupies – 20 Euros), plusieurs visites chez le généraliste pour Vandana et achat des médicaments (600 Roupies – 10 Euros), réparation de la porte des toilettes (125 Roupies – 2 Euros), achat de nouveaux guides scolaires dont nos enseignantes avaient besoin (500 Roupies – 8 Euros) et achat pour les travaux manuels avec Vivek, les enfants ont encadré des sortes de posters en tissus brillant (1.445 Roupies – 24 Euros).

Ashvani.

Ashvani.

Si vous désirez nous faire un don pour les fêtes de fin d’année il est préférable de nous faire un virement directement sur notre compte. Ma Maman qui s’occupe de l’encaissement des chèques est actuellement hospitalisée, cela depuis un peu plus d’un mois et si vous nous avez fait parvenir un cheque courant novembre nous n’avons donc pas pu l’encaisser. Actuellement elle va mieux et j’espère simplement qu’elle ira encore mieux très prochainement mais elle ne pourra pas regagner son domicile avant quelques temps, aussi si vous désirez nous faire un don durant ce mois en cours ou en janvier, merci de le faire par virement bancaire.

Deep Dipawali : les enfants sur les ghats.Deep Dipawali : les enfants sur les ghats.
Deep Dipawali : les enfants sur les ghats.

Deep Dipawali : les enfants sur les ghats.

PROJETS

On va s’installer tranquillement dans notre nouvelle maison une fois les familles parties et nous aurons bien sur quelques bricoles à faire par-ci par-là.

Photo 1. Anjali et Chinki - Photo 2. Jeux devant la maison - Photo 3. Anush.
Photo 1. Anjali et Chinki - Photo 2. Jeux devant la maison - Photo 3. Anush.Photo 1. Anjali et Chinki - Photo 2. Jeux devant la maison - Photo 3. Anush.

Photo 1. Anjali et Chinki - Photo 2. Jeux devant la maison - Photo 3. Anush.

Préparation du programme pour la prochaine Sarasvatî Puja (fête de la Déesse des Arts et des Lettres, événements important pour les enfants) qui aura lieu début 2013, je ne sais pas encore exactement à quelle date, avec comme d’hab de la danse, du yoga, des chants et des sketchs.

Deep Dipawali.Deep Dipawali.
Deep Dipawali.

Deep Dipawali.

Comme je l’avais évoqué dans notre dernier bilan moral nous ne savons pas encore si nous fêterons Noel comme les autres années avec la distribution de jouets, à voir, peut-être juste un gouter cette année.

Deep Dipawali : Sueta et Vikash.

Deep Dipawali : Sueta et Vikash.

Deep Dipawali : Punam, Chinki, Sueta et Prya.

Deep Dipawali : Punam, Chinki, Sueta et Prya.

FINANCES

Septembre avait été un bon mois avec 824 Euros, octobre est excellentissime avec 1.797 Euros.

Merci à tous pour votre esprit de générosité, un peu moins d’égoïsme ne fait pas de mal de temps en temps et en donnant vous faites bien sur du bien aux enfants mais vous vous faites aussi du bien au cœur, en vous permettant d’être un peu moins égoïste, c’est plus subtil et pour beaucoup sans doute moins perceptible que le recevoir mais la graine est plantée et vous en récolterez les bénéfices, c’est sur une base altruiste que les plus belles choses se font. Le don, la générosité et la première perfection enseignée par le Bouddha et ce n’est sans doute pas pour rien…

Merci à Tony, Hubert et Nicole Voncken, l’ami Martial, Martine Skaf, Marie-Thé et Jean-Loup, Danielle, Seb et Raquel, Karine et Luc, Delphine et Alex, Memaine et Gi, Geneviève, Georges, Pascale et son assoce « De toutes sèves et de tous poils », aux personnes participants au stage de yoga d’Yvon, Annie Chaudouet, Anne Masson, Rémi, Lucie, Annie et Jean-Claude, Christophe, Mimi, Mamie et Maman, Colette et Thomas Magnum !

Sincères salutations à tous,

Christophe

Novembre 2012

YOGMAYA est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, enregistrée auprès de la préfecture de l’Isère sous le numéro 0381034198.

Publié dans Courriers mensuels

Commenter cet article