Décembre 2011

Publié le par yogmaya.over-blog.com

Décembre 2011

Namaste, bonjour à tous !

Noel c’est chez nous bien passé, de la joie, de la bonne humeur et des enfants contents ! C’est une fête qui est célébrée par la communauté Chrétienne et par respect pour elle c’est un jour férié dans toutes les écoles (pas d’bol cette année pour les enfants ça tombait un dimanche). En Inde la spiritualité est omniprésente, elle berce le quotidien des gens et chaque manifestation, chaque représentation du sacré, qu’elle soit Hindoue, Musulmane, Chrétienne ou autre, mérite le respect et la considération. Pour les Indiens il y a derrière la création et la vie une puissance fantastique qui nous anime tous, qui fait que nous pensons, que nous ressentons, que nous voyons, que nous interagissons les uns les autres et cela coule de source pour eux de vouer un culte à cette puissance afin de rester connecté à notre source de vie, afin de cultiver un sentiment d’humilité face à la création et afin d’amener notre être à une compréhension de plus en plus intime de sa nature par la mise en relation consciente avec sa source (c’est cela que l’on peut sans doute appeler « yoga »), c’est de façon traditionnelle le but de l’existence. Pour bon nombre d’Indiens l’existence a un sens noble qui élève l’homme, un but qui est la Connaissance par l’expérience de la nature de son être, de son esprit, de son âme, de ce que nous sommes intimement et qui fait que nous nous sentons vivant et il nous faut nous employer à réaliser ce but en travaillant avec les matériaux de nos émotions.

Kantchan et Chaya.

Kantchan et Chaya.

C’est quelque chose de très pratique, technique, profondément concret et qui n’est pas antinomique à une vie familiale et professionnelle, il n’y a pas d’opposition entre la vie matérielle et la vie spirituelle, mais simplement la vie dans toute sa largeur et sa profondeur. Pour les indiens l’expérience réelle, authentique est mille fois supérieur à de beaux et longs discours (« il vaut mieux une once de pratique que mille tonnes de théorie » nous dit un célèbre dicton), c’est ainsi que bon nombre de grands maitres transmettent leur expérience et leur savoir par le silence, sans rien dire ou à peine quelques mots, juste en étant ce qu’ils sont, les personnes aptes à se connecter, à s’ouvrir et à ressentir l’énergie fantastique émanant de tels êtres profitant alors d’une expérience unique et indélébile, un instant de grâce Divine. Pour les Indiens les religions constituent des voies différentes, des outils différents correspondant à différentes mentalités et affinités pour aborder le sacré et la reconnexion avec notre source de vie, c’est ainsi qu’elles ont en général toutes le respect et la considération de la plupart des gens. Aussi les fêtes ne consistent en général pas en goinfreries, buveries et autres orgies mais sont plutôt l’occasion d’un retour sur soi, d’un moment de recueillement, de prières et d’intériorisation, un instant particulier sur lequel on met l’accent en tournant et concentrant son esprit sur le divin, ce qui n’empêche pas de pouvoir également partager un bon repas ce jour là. Les enfants dés leur plus jeune âge ont cette connexion avec le sacré, le sacré fait parti de la vie et la vie est par nature sacrée, c’est ainsi que l’on peut voir et bénéficier de si beaux regards dans ce pays, reflet d’une âme simple et pas encore trop chargée par les vices de la vie et les aléas d’un mental égoïste et tordu.

Nandini, Riya, Ganga et Laki.

Nandini, Riya, Ganga et Laki.

Dans les foyers les histoires de la mythologie sont véhiculées et transmises de générations en générations, des pujas (rituels) sont effectuées en général quotidiennement (le matin après s’être lavé et habillé on honore d’abord les divinités et ce qu’elles représentent avant de penser à soi et de manger), l’imagerie des Dieux est omniprésente, d’aller au temple ce n’est en général pas une corvée, beaucoup d’enfants y vont d’eux même – ce matin Punam (6 ans) est arrivée avec un tika sur le front, elle était allée toute seule à un mandir honorant Sai Baba pas très loin de chez elle – et il y a toujours un échange avec le Divin, que ce soit par le biais du prasad (en général de la nourriture, dont une partie, après avoir été consacrée par le rituel est rendue à la personne qui en fera en général profiter les autres – souvent les enfants m’en donnent) ou du darshan (fait de voir ou d’être vu par un saint ou une divinité). Pour moi les principes véhiculés depuis des temps ancestraux par la mythologie (Dharma, respect de certaines valeurs pour la bonne croissance et le bien vivre de l’individu et de la communauté), même s’ils sont sans doute de moins en moins respectés sont encore présents et imprègne ce pays et ses habitants, consciemment ou inconsciemment.

Décembre 2011
Décembre 2011Décembre 2011

Apres cette parenthèse d’ouverture sur le sens du sacré comme je le ressens ici, revenons à nos moutons et la fiesta de Noel ! Je suis allé acheter les cadeaux accompagné par Kantchan, Soloni, Sunita, Shibu et Vivek Kant, direction le quartier d’Harai Sarak où l’on va chaque années et la même boutique en sous sol, genre de grande caverne d’Ali Baba où l’on trouve de tout. Nous avons pris des poupées, toutes simples pour les plus petites, avec des accessoires et des vêtements supplémentaires pour les moyennes, des réveils avec un cadre photo intégré pour les plus grandes et nos enseignantes, des robots qui se transforment en voitures pour les plus petits, des pistolets avec viseur lumineux intégré ou un jeux électronique pour les moyens et un lecteur Mp3 pour les plus grands. On s’y est pris en deux fois pour l’emballage des 114 paquets, quelques jours avant le jour J décoration de la salle avec des guirlandes, notre beau sapin (roi des forets……) et deux Père Noel dessinés par Vivek sur des plaques de polystyrène accrochés au mur. Arrivée des enfants vers les 15h00, distribution d’une sucette et jeux dans la maison ou à l’extérieur en attendant l’arrivée de qui vous savez. Et cette année le Père Noel était « une » Père Noel avec Anjali sous le masque du sympathique bonhomme, coussin sous le pullover rouge pour lui donner un côté un peu plus rondouillard et bombes de neige artificielle dans les poches pour asperger les enfants lors de la remise des cadeaux. Entrée dans la salle sous une tempête de neige animée par Anamika et Janvi, les cris des enfants qui veulent tous gouter à la neige et direction les paquets pour commencer la distribution. Appel des bambins un par un, le nom de chacun étant inscrit sur le cadeau et bénédiction par le Père Noel avec un coup de bombe de neige sur la tête ! Les enfants super contents de leur jouet, les garçons montent leur pistolet et commencent à tirer, beaucoup de petites filles ne veulent pas sortir leur poupée de la boite et certaines attendront d’être chez elle avant de le faire ; certain lecteur Mp3 ne fonctionnaient pas et nous avons du les changer. Gouter avec un samosa et retour à la maison pour montrer son cadeau à Papa et Maman ! On s’en sort pour un total de 12.678 Roupies (environ 211 Euros) pour 110 enfants et nos 4 professeurs, soit un prix moyen de 1,85 Euros par personne. Vous vous en êtes tirés pour combien pour vos bambins ?

Distribution des cadeaux : Akash.

Distribution des cadeaux : Akash.

Distribution des cadeaux : Soloni.

Distribution des cadeaux : Soloni.

Nous avons cette année sur Varanasi un hiver assez doux, on a eu quelques jours où il a fait un peu froid mais dans l’ensemble ca va. Les écoles pour les plus petits (en général jusqu'à à la classe 5 – équivalent CM2) ont quand même été fermé pendant une quinzaine et ont rouverte le lundi 2 janvier avec des horaires modifiés, les bambins commençant plus tard le matin (9h00 au lieu de 7h30 – 8h00). Les plus jeunes additionnent les couches de vetements et souvent avant le cours de yoga je leur demande combien ils ont de pulls et t-shirt, la dernière fois Punam avait cinq épaisseurs, trois pour Kusum, quatre pour Bandana…. Elles ont des allures de petit bibendum Michelin, tout gonflé et bien rembourré !

Noel.Noel.
Noel.

Noel.

En soutien scolaire la période d’examen est finie, quelques résultats sont déjà connus pour les plus petits et ils sont bons dans l’ensemble. Pour les autres nous aurons les notes d’ici la mi-janvier.

Noel : Sujel et Aditya.

Noel : Sujel et Aditya.

Avec Nisha on est en plein dans la préparation du programme de la Sarasvatî Puja, la fête de la Déesse des Arts et des Lettres qui aura lieu cette année le samedi 28 janvier. Pour la date du spectacle ce sera un dimanche mais nous n’avons pas encore décidé si on le fait le 29 ou une semaine plus tard le 4 février. Il est possible que le 29 soit le jour de visarjan, jour propice pour aller offrir au Gange l’ancienne statue de Sarasvatî qui se trouve dans la maison et dans ce cas là on ne pourrait pas faire les deux, spectacle et visarjan, on va en discuter prochainement.

Noel.
Noel.Noel.

Noel.

Pour le spectacle il y aura de la danse, des sketchs et trois pratiques de yoga, essentiellement avec des nouveaux garçons qui en font régulièrement depuis peu. Au programme une pratique d’enchainement d’asanas avec Ankit, Shibu et Sandip, une consacrée à Surya Namaskar, la salutation au soleil avec Akash, Arjun et Laki et une avec quatre toutes p’tiotes, Punam, Bandana, Kusum et notre autre Bandana (elles ont entre 5 et 7 ans et en font depuis environ un an et demi), qui seront accompagnées par Vivek Kant pour une série d’enchainement de postures. Comme pour les plus grands je leur ai fait le détail du programme sur trois imprimés schématisant la pratique, un décrivant la série avec l’ensemble des enfants, un autre représentant les asanas de façon individuelle et un autre détaillant la mise en place des postures avec indiqué le nombre de temps qui sera donné par ma pomme avec la cloche pour l’effectuer. Elles n’ont pas été longues à capter le truc et déjà quand je préparais le programme, Punam qui me voyait dessiner les croquis représentant les asanas me montrait de quelles postures il s’agissait ! Elles ont choisi l’imprimé avec lequel elles ont le plus de faciliter à comprendre et en voiture Simone ! En quelques cours la pratique est plutôt bien en place, juste un petit inconvénient au niveau de la place, la pièce dans laquelle ont lieu les cours et la pièce où le spectacle aura lieu ne sont pas immense et en étant quatre sur le devant de la scène – même si elles ne sont pas très grandes - elles sont parfois un peu serrées pour effectuer les postures. Dimanche après-midi nous sommes allés chez le tailleur pour qu’il leur fasse une tenue similaire à celle de leur ainé, pantalon ample bordeaux et chemise à manches longues jaune pour nos quatre yogini !

Noel : Riya.

Noel : Riya.

En travaux manuels avec Vivek c’est toujours la fabrication du tableau avec Ganesha, certains ont fini et d’autres sont en plein dedans. Avec Niva , trois filles (Anjali, Sunita et Gudya) ont terminé leur pullover à manche courte et peuvent le porter, le résultat est très bien et Sunita devrait en faire un pour une petite du voisinage, ce sont les parents qui le lui ont demandé.

Travaux manuels : Sunita, Ankit et Anjali.

Travaux manuels : Sunita, Ankit et Anjali.

PROJETS

Le 15 janvier ce sera Makar Sankranti, le festival du cerf-volant. Durant la période hivernal le ciel de Varanasi est rempli de ces petits engins en papier, du matin au soir on peut en voir voler et le jour du festival ce sera « noir de noir » ! Les enfants – et les adultes aussi – raffolent de ces batailles aériennes, à la maison nous mettons à la disponibilité des bambins des cerfs-volants (2 Roupies - 0,03 Euros – l’unité), des paretis (bobines de fil) et du mandja (fil coupant pour casser la corde d’un autre engin).

Noel : Distribution des cadeaux.
Noel : Distribution des cadeaux.

Noel : Distribution des cadeaux.

Comme indiqué plus haut le 28 janvier aura lieu la Sarasvatî Puja, avec au programme l’arrivée d’une nouvelle murti (statue) de la Déesse faite par Vivek, un rituel dans la maison effectué par un Pandit avec de nombreuses offrandes de fruits et pâtisseries qui seront ensuite partagées par les enfants, puis visarjan un ou deux jours après avec la mise à l’eau dans le Gange de l’ancienne statue et notre spectacle de danse et yoga en l’honneur de la Déesse, la date n’étant pas encore arrêtée.

Noel : Priya, Rupesh et Punam.

Noel : Priya, Rupesh et Punam.

FINANCES

Apres le bon mois d’octobre et ses 728 Euros, c’est la chute en novembre et nous recevons un total de 365 Euros.

Merci beaucoup pour votre fidélité à Remi, Tony Staviljec, Pascale Dondey, Hubert et Nicole Voncken, Seb et Raquel, Karine et Luc, Tatie Danielle, Marie-Claude Payre, Françoise Aliane, Geneviève Claret, Georges Bouabdallah, le rossignol roybonnais Mylène Faure, Pierre Achard, mes parents et grands parents et bien sur à la famille Guichard.

Bises à tous,

Christophe

Décembre 2011

YOGMAYA est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, enregistrée auprès de la préfecture de l’Isère sous le numéro 0381034198.

Publié dans Courriers mensuels

Commenter cet article